Gestion de Fortune

27062017

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Mars 2017 - n°279 L'HUMEUR DE GEF

L'HUMEUR DE GEF

Allo monsieur Fillon…

« François Fillon écrit dans son programme, explique Gérard Bekerman, président de l’Afer, qu’il appliquera un taux unique d’imposition des produits du capital de 30 %, y compris sur l’assurance vie. Ce n’est pas un bon projet. A l’Afer nous entendons le sensibiliser sur le sujet et lui expliquer que nous représentons, non pas 2 millions d’électeurs, mais 2 millions de Français qui veulent faire entendre leur voix ».
Le Perp lancé par François Fillon en prend aussi pour son grade. Cette solution « n’est pas populaire, et pas conçue dans une acception de produit retraite. L’Afer lancera un Perp en 2017 sous deux conditions, annonce son président. 1° qu’on permette une sortie en capital d’au moins 50% et non pas 20%, et 2° qu’on supprime cette lourdeur de gouvernance du Gerp, puisque ce groupement d’épargne pour la retraite ne sert à rien dès lors que l’Afer est association souscriptrice ».

Ma femme m’a dit...

A la manière de l’inspecteur Columbo ! Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, a confié que la loi Eckert sur les comptes et assurances vie en déshérence aurait dû s’appeler loi madame Eckert. « Mon épouse avait constaté, il y a une quinzaine d'années, à l'occasion du contrôle d'un établissement bancaire - c'était son métier - une quantité anormale de comptes détenus par des personnes centenaires (pour la plupart décédées) », raconte-t-il. A l'époque rien n’obligeait une banque à vérifier que ses clients étaient toujours vivants. C'est cette frustration de Madame Eckert qui a incité son mari devenu député, puis rapporteur général du Budget, à « corriger cette injustice ». Heureusement pour les banques que tous les élus n’ont pas pour épouse un Contrôleur à la Commission bancaire !

Cocorico

Afin d'identifier les meilleurs prévisionnistes de l'économie des États-Unis, Bloomberg se réfère aux estimations reçues sur la base de 16 indicateurs avec un recul sur deux années de données. Bloomberg a attribué un score entre zéro et 100 aux économistes reflétant l'exactitude de leurs prévisions historiques. Première remarque, le champion, Market Securities, gagne avec une note de 6,4 sur 10. Pas terrible ! Deuxièmement, 5 stratégistes sur 58 qualifiés décrochent au moins 6 sur 10 et 20 obtiennent la moyenne. Troisièmement, les grandes maisons sont loin : JPMorgan Chase 8e, Goldman Sachs 11e, HSBC Markets 14e, BNP Paribas 15e. A noter : c’est un français de 30 ans, Christophe Barraud, formé à Dauphine, chef économiste de Market Securities, qui est jugé meilleur prévisionniste au monde sur les stats américaines !

Ca bloque, et ça débloque

Pourquoi, nous interpelle un lecteur, le Conseil constitutionnel se réfère-t-il à l’article 17 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 au sujet de la constitutionnalité du blocage des valeurs de rachat d’assurance vie ? Pourquoi ne pas citer plutôt la DDH du 24 juin 1793 qui énonce à l’article 16 que « Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail » (repris aussi dans la DDH du 22 août 1795, toutes deux consultables sur le site du Conseil constitutionnel). Or un blocage empêche bien de « disposer » de son argent, non ?



S'abonner au magazine