Gestion de Fortune

17082017

Retour Vous êtes ici : Accueil Immobilier Rubriques Actualités Un marché immobilier sous perfusion

Tendance

Un marché immobilier sous perfusion

La baisse des taux d'intérêt et leur niveau historiquement bas gonflent le pouvoir d'achat et freinent la baisse des prix.

Les conditions générales du marché restent stables à l’exception notoire des taux d’intérêt qui continuent de baisser fortement. Le rapport de force entre les acheteurs et les vendeurs mesuré par l’ITI (Indicateur de Tension Immobilière) évolue lentement et peu. Le déficit d’acheteurs reste important. « La hausse constatée en janvier et février s’est enrayée. En mars et avril, les prix ont retrouvé leur tendance naturelle à la baisse. Avec seulement 1,1 acheteur pour un vendeur à Paris et de 0,4 (Grande Couronne) à 0,9 (Hauts-de-Seine) acheteur pour un vendeur en banlieue, il ne pourrait pas en être autrement de façon durable. Mais la baisse des taux met le marché sous morphine ! En effet, cette baisse reste limitée car la diminution des taux d’intérêts génère un gain significatif de pouvoir d’achat. Ainsi, depuis le plus haut des prix en juin 2011, les taux d’intérêt ont baissé au total de 1 % soit l’équivalent de 8 % de gain de pouvoir d’achat. Les prix ayant diminué de 6,5 % sur la même période, les acheteurs bénéficient en réalité d’un regain de pouvoir d’achat total de 14,5 % en 3 ans, » commente Sébastien de Lafond, président et cofondateur de MeilleursAgents.com. Par ailleurs, la résistance du chômage à un niveau élevé et l’absence de croissance économique plaident pour un maintien des taux à un faible niveau. Le plan d’économies du nouveau Premier ministre saura probablement, au moins à court terme, contenter Bruxelles et faire patienter les marchés sur la dette française. Le spectre d’une forte remontée des taux dans la seconde moitié de 2014 semble donc s’éloigner.

Qu’attendre au deuxième semestre ?

Il est probable que le marché immobilier francilien voit ses prix continuer à baisser sur le reste de l’année. « Cette tendance devrait s’amplifier dès la rentrée de septembre mais rester modérée en mai et juin et pendant l’été avec des volumes de transactions toujours limités. Les taux resteront très bas compte tenu de la situation européenne et du regain de confiance dans la France après les annonces du plan de compétitivité du nouveau Premier ministre », fait savoir Sébastien de Lafond qui table sur un recul des prix entre 3 et 5 % d'ici à la fin de l'année.

immo-perfusion