21112019

Retour Vous êtes ici : Accueil Assurance vie Assurance vie en ligne : Mes-Placements.fr fête ses 20 ans

Assurance vie

Assurance vie en ligne : Mes-Placements.fr fête ses 20 ans

Le courtier internet Mes-Placements.fr, un des précurseurs de l’assurance vie en ligne, fête ses 20 ans. Si ce n’est pas (encore) le boom attendu, l'épargne digitale mûrit et pourrait réserver des surprises dans les années à venir.

Ils se comptent sur les doigts d’une main les courtiers en ligne qui peuvent se targuer de fêter leur 20e anniversaire : c’est le cas de Mes-Placements.fr fondé en 1999 par Éric Girault (photo), ancien courtier Afer. « Les débuts ont été très difficiles car nous étions précurseurs sur un marché qui n’a commencé à se développer qu’à partir de 2005 », reconnait-il dans le livre 20 regards sur les enjeux de l’épargne digitale, publié pour l’occasion.

29 000 clients et 1,3 Md€ d'encours

La plateforme internet Mes-Placements.fr, qu'a rejoint Marie-Anne Jacquier, directrice générale adjointe, en 2018, est courtier en assurance et CIF et compte aujourd’hui plus de 29 000 clients pour 1,3 Md€ d’encours. Elle propose trois contrats d’assurance vie : MesPlacementsLiberté, assuré par Spirica - qui a reçu en avril dernier l’Oscar de l’assurance vie 2019 toutes catégorie confondues -, MesPlacementsRetraite (Suravenir) et MesPlacementsVie (Generali). La plateforme conseille aussi l’achat de SCPI, de FCPI, FIP et Sofica, mais aussi de PEA et PEA-PME, de Perp et contrats Madelin.

Pour fêter ses 20 ans, Mes-Placements.com a organisé des tables rondes avec ses principaux partenaires dont l’une d’elles s’est tenue ce jeudi 7 novembre et a réuni Adina Grigoriu, directrice générale d’Active Asset Allocation, Julien Lepage directeur général d’Amiral Gestion et Daniel Collignon, directeur général de Spirica. Si chacun est partie prenante de cette aventure de l’assurance vie sur internet, tous reconnaissent aussi des freins et personne n’a encore trouvé de baguette magique pour faire réellement décoller ce marché qui peserait aujourd’hui à peine 3% du marché pour 30 Md€ d'encours total en environ 30 000 € d’encours moyen par contrat.

L'épargne digitale dans l'âge adulte ? 

Une fois passée ce cap des 20 ans, l’assurance vie en ligne va-t-elle rentrée enfin dans l’âge adulte ? « Je suis convaincu qu’il va se passer plus de choses dans les cinq à dix ans qu’il ne s’en est passé durant les 20 dernières », relève Éric Girault.

Education financière, gestion pilotée ou encore parcours simplifié sont autant de pistes que devrait suivre le marché. Des projets innovants sont dans les cartons : Daniel Collignon, un des assureurs précurseurs de l’assurance vie en ligne, réfléchit actuellement à une formule de souscription d’assurance vie sur smartphone, un contrat simplifié, avec des montants limités : « On pourrait en voir les premiers expérimentations dès 2020 », nous confie-t-il.  

Carole Molé-Genlis