25062022

Retour

Assurance vie

Une nouvelle assurance vie qui se veut engagée

turgot am

Le Secours Catholique lance Kaori, première association d’épargnants «responsables et solidaires», et Kaori.Vie, un nouveau contrat d’assurance-vie dit engagé, c’est-à-dire «écologiquement et socialement responsables». Une initiative à saluer.

Au nom de ce qu’elle appelle « la révolution fraternelle » et de « notre rôle d’acteur de transformation sociale », Véronique Fayet, présidente de la nouvelle association d’épargnants Kaori (ancienne présidente du Secours Catholique), a annoncé le lancement d’une assurance vie collective dédiée à un engagement à « orienter les flux financiers vers des projets écologiquement et socialement responsables ». « Nous osons mettre en pratique nos convictions, explique-t-elle, et mettre la finance au service du citoyen et de la transition écologique ».

Le fait est que les Français ont des centaines de milliards d’euros qui se trouvent en déshérence sur des livrets, des assurances vie dites en euros et sur des comptes courants, tous à rendement négatif net d’inflation. Véronique Fayet leur lance ce message percutant : « À l’argent qui dort, le Secours Catholique-Caritas France préfère l’argent qui agit! »

Des épargnants « exigeants »

L’association d’épargnants, la première créée par une association d’intérêt général (le Secours Catholique) promet de veiller au respect de cet engagement avec l’appui d’un comité d’éthique chargé de « contrôler le respect des critères éthiques et financiers » des fonds proposés aux souscripteurs, a expliqué François Soulage, économiste, ancien président national du Secours Catholique, et responsable de ce comité. « Evidemment, il nous restera à démontrer chaque année dans nos rapports d’activité que nous avons respecté cet engagement que nous prenons devant vous ». « Nous allons être des épargnants exigeants » lance alors Véronique Fayet à ses partenaires.

François Soulage a expliqué, lors de la conférence de présentation de Kaori Vie, que les 27 "unités de compte" (fonds d'investissement en actions ou en obligations) proposées ont été sélectionnées auprès de différentes sociétés de gestion « en fonction d’un cahier des charges strict établi par le Secours Catholique » et « choisies à la fois pour leur performance financière et leur respect des valeurs et des exigences sociales, de gouvernance et environnementales du Secours Catholique ».

A noter : deux fonds sans risque, dits en euros, sont aussi proposés par l'assureur Generali (Eurossima / Netissima), mais ils présentent peu d’intérêt en raison de leur rendement très faible et de leur inutilité au regard de l’objectif sociétal visé. Le réseau de courtage Asac-Fapès, connu aussi pour ses valeurs, va assurer l’intermédiation. Et c’est Generali France qui a été choisi comme assureur, « un assureur qui nous donne les garanties qu’il n’y aura pas de dérive par rapport à notre modèle » affirme François Soulage. L’originalité de cette assurance vie tient à la sélection des unités de compte. Une sélection fondée sur une grille d’analyse ESG et non pas, comme souvent, sur le commissionnement de l’assureur et du réseau de distribution.

Des frais raisonnables

Concernant la structure de frais on observe que le souscripteur ne supporte rien sur le versement, comme pour les autres offres en ligne qu’on trouve sur le marché. Les frais de gestion de l’assurance vie, affichés à 0,80% par an, sont raisonnables par rapport à la plupart des offres des grands réseaux (environ 1%). Les autres frais, ceux prélevés par les sociétés de gestion pour chacun des fonds, sont tout à fait raisonnables et très relatifs par rapport à la qualité des sociétés de gestion sélectionnées (environ 1 à 2% par an). Quant aux frais de gestion pilotée, à 0,30%, ils s’avèrent également très compétitifs.

JDE