24082019

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines

L'HUMEUR DE GEF

Humour fiscal

Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, déclare sur RTL le 26 mars, que « il n’y a pas de paradis fiscal dans l’UE, mais sans aucun doute des pays qui encouragent à l’excès l’optimisation fiscale ». Car un paradis fiscal « c’est un pays qui ne respecte pas les règles de bonne gouvernance internationale ». Le lendemain, le comité fiscal du Parlement européen, dans une recommandation pour renforcer la police fiscale en Europe, souligne que « sept pays de l'UE (Belgique, Chypre, Hongrie, Irlande, Luxembourg, Malte et Pays-Bas) présentent les caractéristiques d'un paradis fiscal ». Veni, vidi, mosco-civi !

Enfumage

Dans un entretien aux Echos du 29 mars le PDG de PSA, Carlos Tavares estime que la RSE c’est bien mais « à la fin du mois, je paie les salaires. Il faut se méfier du risque d’enfumage... Comment réagiront les collaborateurs si nous remplissons 100 % des objectifs RSE et que nous tombons en faillite ». Et si on paie 100 % des salaires et qu’on ne peut plus respirer ?

Alerte aux mites

En commission des Finances au Sénat, le ministre Darmanin appelle notre Code général des impôts un « système shadokien ». Et d’expliquer que « nous avons fait beaucoup, beaucoup d’impôts en les concentrant sur les plus hauts revenus et, comme cet impôt est devenu insupportable, au lieu de le baisser on a choisi de le miter avec 474 niches pour le rendre supportable aux plus riches. Arrêtons cette hypocrisie ! »

80 % de taxe

Un élu de gauche suggère d’augmenter à 80 % l’IR sur les plus hauts revenus au-delà de 10 000 €. « Le pire, réagit Laurent Benoudiz, président de l’Ordre des experts-comptables IDF, c’est que c’est déjà le cas ! Avec un gros patrimoine immobilier, l’impôt sur le revenu locatif (CSG+IR+CEHR), on atteint 66 % et avec l’IFI, on grimpe à 75 % du revenu. On est à cinq points du communisme, bien loin de l’économie ultra-libérale... »

Noyé

Christian Noyer, ancien gouverneur de la Banque de France (2003-2015), n'aura pas eu beaucoup de temps pour se familiariser avec la blockchain. La fintech britannique SETL, dont il a rejoint le board en janvier, s’est déclarée en faillite en mars... Agréée récemment par l’AMF comme dépositaire central de titres, la start- up a réussi trois tours de table pour un total de 39 M$ auprès notamment de Crédit Agricole et Citigroup.

Crypto-arnaque

Konstantin Ignatov, arrêté à Los Angeles, est accusé d’avoir organisé une monumentale arnaque sur la crypto-monnaie OneCoin. Avec son système de type pyramidale il aurait collecté près de 3 Md$ dont 60 % auprès d’investisseurs chinois. Le Français Mark Karpelès, qui avait dirigé la plateforme d'échanges MtGox au Japon, mise en faillite, vient, lui, de se faire condamner à deux ans et demi de prison avec sursis pour manipulation de données informatiques.

Cadeau Bonux

Les bonus explosent dans le private equity. En moyenne, +25 % en quatre ans à Wall Street selon Johnson Associates. D’après Heidrick & Struggles, 41 % des gérants européens ont, eux, vu leur rémunération bondir de 10 à 40 % en 2018.

DOSSIER : Les secrets de croissance des CGP stars

Avril

Si la France compte plus de 4 600 cabinets de CGP, ils sont une cinquantaine à brasser plus de la moitié des encours gérés... Et si le secret de la réussite de ces gros cabinets tenait à leur capacité d’imagination et leur vision entrepreneuriale.

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

190401_sommaire

ASSURANCE VIE : L’Eurocroissance, pourquoi c’est une alternative crédible ?

Avril

Cinq ans après son lancement, la collecte de l’eurocroissance piétine. Mais la loi Pacte et le rendement des fonds euros au plancher pourrait remettre en selle cette assurance vie du XXIe siècle.

Commander le numéro

FISCALITE : Evasion fiscale, analyse de la sanction contre UBS

Avril

Dans une décision de 217 pages rendue le 20 février 2019, le TGI de Paris a infligé la plus lourde amende jamais prononcée en France. Plus du triple de la caution déjà record exigée de la banque suisse (1,1 Md€ versés en septembre 2014). La cour d’appel devra rejuger l’affaire puisque UBS a décidé de contester le jugement. En attendant, l’avertissement est cinglant pour les banques qui pratiquent en France l’évasion fiscale.

Commander le numéro

Sous-catégories