02122023

Retour

A LA UNE : Investissements, honoraires, commissions et… Europe

Juillet-Août

Me Isabelle Monin Lafin, avocate associée, fondatrice d’Astrée Avocats ; Grégoire Dupont, directeur général d’AGEA et Jérôme Speroni, secrétaire général de l’Orias viennent de publier la sixième édition de l’ ouvrage de référence « La distribution en Assurance, Banque et Finance » aux éditions de l’Argus. Ils étaient les invités du Lab OCIRP (union des institutions de prévoyance), le 7 juin dernier. Me Isabelle Monin Lafin a accepté de répondre en exclusivité à Gestion de Fortune sur le commissionnement des conseils en gestion de patrimoine, l’agrément des associations professionnelles, la lutte contre le blanchiment.

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

230701_sommaire

PRODUITS FINANCIERS : Escroquerie, un pigeon se lève tous les matins !

Juillet-août

Il y a Escrocs et escrocs, Escroqueries et escroquerie. Ces sont les majuscules de ces qualificatifs qui nous intéressent aujourd’hui. Celles de ceux qui ont laissé un nom, souvent le leur dans l’Histoire, histoire qui, si l’on n’y prend pas gare, peut devenir la nôtre. La psychologie et les techniques de ces malfaiteurs obéissent à des lois bien particulières qui ne sont pas celles du Code Pénal. Notre plein feu estival sur ces « braqueurs de cerveaux ».

Commander le numéro

L'INVITÉ : Patrice Fabre, président du groupe hôtelier Karibéa

Juillet-août

« L’hôtellerie, le tourisme et les richesses naturelles : l’eldorado des Antilles »

Après l’épisode Covid qui a frappé durement l’économie antillaise et plus particulièrement le secteur touristique de la Martinique et de la Guadeloupe, les signaux sont au vert pour ceux qui ont su prendre les bonnes décisions et tiré les enseignements des confinements. La demande est bien là et forte. Et comme on dit en créole « Pa moli » c’est gagner !

Commander le numéro

L'HUMEUR DE GEF

Marianne peut se retourner au fond de sa tombe…

Ambiguïté et ubiquité ne sont pas synonymes. Enfin, pour presque tout le monde. Le 15 juin dernier, la commission d’enquête sénatoriale a entendu le journaliste Mohamed Sifaoui dans le cadre de l’affaire « Marianne » et de l’utilisation des fonds du fonds dont on n’a pas encore touché le fond. Il lui fallait répondre à la question du cumul de deux contrats « de travail » à temps plein. Celui de consultant auprès du Comité interministériel de la prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) et, dans le même temps, celui de la perception de salaires versés par le programme de financement mis en place après l’assassinat de Samuel Paty. Deux pleintemps selon les sénateurs. À la question comment est-ce possible ? Le journaliste a répondu : « j’ai une capacité de travail bien supérieure à la moyenne. » Le travail, c’est la santé. Nous voilà donc pleinement éclairés et rassurés.

Plus tu es riche et… moins tu payes… d’impôts sur le revenu

Reconnaissons-le : l’Institut des politiques publiques tout comme le journal l’Opinion ne sont pas des hauts lieux de la revanche contre les riches. Une étude de l’Institut relayée par le quotidien, nous apprend que les 75 contribuables les plus riches de France (tous milliardaires ou presque pour les plus modestes) sont (et pour contribuer, on vous le donne en 1 000) imposés à seulement 26,2 % de leurs revenus. Alors que ce taux est de 46 % pour les simples millionnaires qui ne gagnent que modestement 600 000 € par an. Comment est-ce possible ? Il suffit de ne pas percevoir directement de revenus (le plus souvent des dividendes), mais de les loger dans leurs holdings à l’imposition particulièrement douce et clémente dès lors que ces fonds ne sont pas distribués ou sont réinvestis dans d’autres sociétés. C’est un cercle fiscalement vertueux qu’il faut savoir dessiner. Ionesco le soulignait autrement en affirmant « caresser un cercle, il deviendra vicieux. »

En Bretagne, le fisc nous roule dans la farine…

Qui l’eut cru ? La Direction générale des finances publiques du Morbihan a imprimé ses offres d’emploi sur des sachets d’emballage à baguettes, détaillants les métiers proposés plus croustillants les uns que les autres, mettant en avant le facteur (plus que le boulanger) humain, les perspectives de carrières et de rémunérations attractives… Une expérience menée dans 45 boulangeries du Morbihan. Du pain sur la planche. Quand ton moulin va trop vite, ton moulin, ton moulin va trop fort !

Démarchages téléphoniques abusifs… Pour faire la sourde oreille !

Un appel, trois appels, dix appels et plus pour bénéficier ici, d’une meilleure audition, là et sans payer un seul centime (mon oeil !) de la rénovation énergétique de son logement et… Que dit la Loi ? Ces chasseurs téléphoniques ont l’obligation d’adhérer à Bloctel, un joli nom qui permet à chacun d’entre nous de refuser cette prospection intrusive. Bloctel, c’est la liste d’opposition au démarchage, créée en 2016 et forte de plus de 5 millions de clients. Mais voilà, toutes les entreprises de démarchages ne répondent pas à cette exigence légale (Allo ? Allo ?). La Répression des fraudes sanctionne donc. Par exemple, l’entreprise Cop Vert tentait sur l’ensemble du territoire de proposer des travaux de rénovation énergétique, alors que dans ce domaine, le démarchage téléphonique est tout bonnement interdit… A rénovation énergétique, réponse énergique : 350 000 euros d’amendes !