21022019

Retour Vous êtes ici : Accueil Capital invest. Novethic présente son étude sur les fonds d’actifs verts non cotés

Capital investissement

Novethic présente son étude sur les fonds d’actifs verts non cotés

Avec le soutien de l’Ademe, Novethic a réalisé une étude qui analyse les investissements des fonds européens dans les actifs « verts » non cotés. Un segment de marché qui pèse 57,6 Md€.

Intitulée Les promesses des fonds verts non cotés européens, l’étude qu’a réalisée Novethic avec le soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) dénombre 223 fonds en Europe dans les domaines des infrastructures, de l’immobilier, des ressources naturelles et du capital-investissement. Elle permet de mieux comprendre les caractéristiques environnementales d’un champ encore peu exploré de la finance durable.

Les fonds verts représentent 6,5 % des fonds non cotés, mais cette part est plus importante que celle des fonds verts dans l’univers coté (moins de 1 % des fonds européens).« La majorité des 223 fonds environnementaux d’actifs non cotés, constate-t-on chez Novethic, ont été lancés ces quatre dernières années. Ils témoignent de l’élan de nouveauté impulsé avec l’Accord de Paris. L’année 2016 a ainsi enregistré un record de collecte avec 12 Md€ investis sur 35 fonds. Si la tendance est à la diversification vers des investissements dits alternatifs, la demande de fléchage vert reste modeste chez les investisseurs qui souscrivent à cette offre de fonds d’actifs verts non cotés. »

Perial dans le Top 5

Le pays leader pour la gestion de ce type de fonds est le Royaume-Uni, loin devant la France et l’Allemagne. Le Top 5 européen des sociétés de gestion concernées se compose de Macquarie Infrastructure and Real Assets, BlackRock, Copenhagen Infrastructure Partners, First State Investments et Perial  Asset Management.

Plus de la moitié des fonds d’actifs verts non cotés recensés par Novethic sont dédiés aux énergies renouvelables. « La mobilisation massive de flux financiers au service de l’économie verte est encore à venir, estime-t-on chez Novethic.

Sortir d’une simple niche de diversification

Selon la filiale de la Caisse des dépôts spécialisée dans la finance durable, « Il est nécessaire que les investisseurs montent en puissance dans la définition de leur stratégie de financement vert pour faire des actifs verts une catégorie à part entière de leur stratégie d’allocation, et non plus une simple niche de diversification plus ou moins teintée de vert. Ils devraient y être incités par les obligations de transparence sur la prise en compte des critères ESG et de gestion des risques climat. »

La publication d’une taxonomie standardisée des activités vertes devrait permettre de mieux orienter les flux de capitaux vers la transition énergétique et écologique.

Michel Lemosof