04122021

Retour

Loi de finances

Private equity : les investisseurs se bousculent au portillon !

pme938

Le private equity bat des records, avec une demande accrue des investisseurs. L’étude conduite par Dechert LLP et Mergermarket révèle que le montant des transactions dans le secteur a atteint un record de 1.170 Md$ sur les neuf premiers mois de l’année.

 

L’étude qu’ont dernièrement conduite le cabinet d’avocats international Dechert LLP et Mergermarket, spécialiste des analyses et indicateurs économiques du marché des fusions-acquisitions, montre que les transactions dans l’univers du private equity ont atteint un nouveau record, à 1.170 Md$ sur les trois quarts de l’exercice 2021 (contre 821 Md$, par exemple, en 2007), dépassant ainsi largement les résultats enregistrés sur un an depuis 2015. Dans les trois ans à venir, 60 % des sociétés de private equity nord-américaines, 49 % de celles de la région EMEA et 20 % de celles de la région Asie-Pacifique tablent sur une augmentation « significative » de l’importance des critères de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) pour les limited partners. 54 % des sociétés de private equity de la région EMEA s’attendent à ce que l’une des conséquences de la pandémie soit la cession des sociétés de portefeuille performantes à des fonds « successeurs » de continuation.

L’enjeu climatique regardé de près

45 % des sociétés de private equity interrogées, contre 35 % dans la précédente étude, ont ces trois dernières années augmenté leur utilisation du financement par crédit privé dans les buy-out. Autre enseignement, 53 % des general partners nord-américains anticipent une croissance des club deals à la suite de la pandémie, contre 37 % dans la région EMEA et 30 % dans la région Asie-Pacifique. Le rapport, qui examine la manière dont les sociétés de private equity poursuivent leurs efforts pour sortir de la pandémie révèle que l’activité de ce secteur ne montre aucun signe d’essoufflement et devrait largement dépasser les précédents résultats. Les fonds de private equity et de capital-risque atteignent un montant de capital non alloué de près de 2 Md$ en 2020. « Un nombre record de transactions, des taux d’intérêt historiquement bas et une importante quantité de capital non alloué (dry powder), fait observer Markus P. Bolsinger, coresponsable du département private equity de Dechert, associé des bureaux de New York et Munich de Dechert LLP, sont autant de facteurs favorables à une croissance exponentielle du secteur de la gestion d’actifs. »

S’agissant de l’intérêt croissant en matière de RSE, 29 % des sociétés consultées désignent le changement climatique comme l’enjeu le plus important à prendre en compte lorsqu’elles envisagent d’investir, devant le développement durable, qui recueille 14 % des suffrages. Le rapport Dechert LLP-Mergermarket mentionne trois « obstacles potentiels » à la poursuite du développement échevelé du private equity : forte propagation du variant Delta de la Covid-19, persistance de perturbations de la chaîne d’approvisionnement induites par la pandémie, pénurie de main-d’œuvre et tendances inflationnistes.

ML