19092021

Retour

Gestion d’actifs

Low carbon : BNPP AM et DWS lancent un ETF et un fonds obligataire

etf007

Trois semaines après BNP Paribas AM, qui a lancé son second ETF bas carbone, DWS ouvrait au public un fonds obligataire sur la même thématique.

Fin juin, BNP Paribas Asset Management (474 Md€ d’encours cumulés au 31 mars 2021) lance un deuxième ETF bas carbone, BNP Paribas Easy Low Carbon 300 World PAB UCITS. Celui-offre aux épargnants une solution d’investissement pour réduire l’empreinte carbone de leurs portefeuilles, alignée sur les objectifs de l’Accord de Paris. Dès 2008, la société avait lancé un ETF fonds bas carbone (plus de 860 M€ d’actif aujourd’hui) pour suivre un indice d’actions européennes. Classé Article 9 de la SFDR, le nouvel ETF répliquera « physiquement », avec des frais courants de 0,30 %, l’indice Low Carbon 300 World PAB administré par Euronext, lequel sélectionne 300 entreprises internationales selon une approche « best-in-class ».

Cet indice comprend une poche de 15 % investie dans des entreprises « vertes » choisies par un comité d’experts. « L’accélération de la prise de conscience par les épargnants des problématiques climatiques, associée aux évolutions réglementaires, fait observer Isabelle Bourcier, responsable des gestions quantitative et indicielle de BNPP AM, crée de fortes attentes de leur part. » D’où l’élargissement de l’offre…

La face obligataire

De son côté, DWS (820 Md€ d’encours sous gestion) met sur orbite DWS Invest Low Carbon Bonds, un support obligataire « durable » qui soutient lui aussi les objectifs de l’Accord de Paris en faveur de de protection du climat et qui répond également aux exigences de l’Article 9 de la réglementation SFDR. Le fonds, que pilote Bernhard Birkhaeuser et qui démarre avec une intensité de CO2 inférieure de 50 % à celle de l’indice iBoxx EUR Corporate All Index, investit donc dans des obligations à faible intensité carbone. « Notre objectif, explique le gérant, est de réduire l’intensité en CO2 du portefeuille de 7 % supplémentaires chaque année par rapport au jour du lancement du fonds, afin de contribuer à la réduction des émissions de dioxyde de carbone et à la réalisation des objectifs de Paris. »

Les entreprises qui violent le Pacte mondial des Nations unies ou qui réalisent plus de 5 % de leur chiffre d’affaires dans des secteurs controversés (énergie nucléaire, défense militaire, tabac…) et celles qui tirent plus de 1 % de leurs revenus du charbon sont exclues de l’univers d’investissement. Au moins 70 % du portefeuille sont constitués d’emprunts libellés en euro. En outre, au moins 90 % des obligations en portefeuille doivent être émises par des sociétés qui bénéficient d’une notation « investment grade ». Enfin, le risque de change est couvert.

ML