Tendance

Collecte record des OPCI grand public en 2014

Le support s’installe légitimement dans le paysage de l’épargne publique.

D'après l'IEIF, les OPCI grand public fêtent leur 6e année d’existence en 2014 par une collecte record de 813 M€, réalisée majoritairement au travers de contrats en UC d’assurance vie, ce qui porte la capitalisation du secteur à 2 Mds€ fin 2014. Il s’agit de la première « vraie » collecte importante, la bonne collecte de 2012 étant biaisée par la création d’AXA Selectiv’Immo à partir de la transformation d’anciens contrats d’assurance à capital variable (ACAVI).

La performance commerciale est très concentrée sur quatre des neuf véhicules actuellement disponibles sur le marché qui drainent 98 % de la collecte.

Opcimmo géré par Amundi Immobilier a capté 434 M€, soit plus de 50 % de la collecte totale, suivi par Axa Selectiv’Immo géré par AXA REIM SGP qui a collecté 186 M€, BNP Paribas Diversipierre géré par BNP Paribas REIM 105 M€ et Immo Diversification géré par Ciloger 68 M€.

La capitalisation de cette classe d'actifs est maintenant significative. Le paysage des OPCI grand public commence à se structurer : sur un total de 9 OPCI produits au 31 décembre 2014, 2 OPCI dépassent les 700 M€ de capitalisation (Axa Selectiv’Immo d’AXA REIM SGP et Opcimmo d’Amundi Immobilier), 2 OPCI sont compris entre 100 et 200 M€ (BNP PARIBAS Diversipierre de BNP PARIBAS REIM France et Immo Diversification de CILOGER) et 5 OPCI pèsent chacun moins de 100 M€ (Fructifrance Immobilier de NAMI-AEW Europe, Immanens et SG Pierre Entreprise d’Amundi Immobilier, LFP Opsis Patrimoine de La Française REM et Swisslife Dynapierre de SWISSLIFE REIM).

Portefeuille mêlant actifs immobiliers et actifs financiers avec la possibilité de recourir à un certain niveau d’endettement, l’OPCI grand public occupe une place originale dans les placements « pierre-papier » à côté des SCPI investies uniquement en immobilier et sans levier structurel, des Siic investies également uniquement en immobilier mais avec un important levier, et des OPCVM immobiliers.  
Selon l'institut, leur cadre juridique, largement inspiré de celui des OPCVM, facilite leur commercialisation et la grande diversité des actifs qui leur est autorisé permet de gérer de façon très efficace la volatilité des performances tout en visant des rendements compétitifs. Le support est également un fonds d’investissement alternatif qui bénéficie des dispositions de la directive AIFM, en particulier en termes de passeport européen. « Avec tous ces atouts en main, nul doute que le décollage en cours des OPCI grand public va s’amplifier dans les années à venir », fait savoir l'IEIF.

 

graphopci

graphopci