18072024

Retour

Marché

Biodiversité : l’ACPR ne veut pas d’un système de compensation


balance poidsDans sa dernière étude, elle demande à ce que les rapports des assureurs précisent que l’engagement dans la biodiversité ne compensent pas l’impact négatif d’autres activités.

 

 

 

  

L’ACPR a publié le 20 juillet une étude sur les rapports des assureurs relatifs à la biodiversité (1), dans le cadre du projet Finance ClimatAct.

Ce projet de l’Union européenne vise notamment à développer les outils, méthodes et connaissances nouvelles permettant aux épargnants d’intégrer les objectifs environnementaux dans leurs choix de placements et aux institutions financières d’intégrer les questions climatiques dans leurs processus de décision et d’aligner les flux financiers sur les objectifs énergie-climat.

Pour les futures publications, l’ACPR émet plusieurs recommandations concernant la communication des assureurs en matière de biodiversité, qui doit se faire selon des informations « claires, précises et étayées ».
« Les organismes d’assurance doivent également préciser de façon claire que l’engagement dans des activités à impact positif sur la biodiversité ne permet pas à lui seul de compenser les pressions négatives d’autres activités », assume le superviseur.

Il reconnaît l’étendue des avancées mais remarque que beaucoup reste à faire, notamment concernant les impacts et pressions que les activités assurantielles exercent sur la biodiversité, et des risques émanant des dépendances à la biodiversité des investissements.

Le secteur reste confronté à deux difficultés majeures : la compréhension de la notion de « dépendance à des services écosystémiques » qui s’applique mal aux intermédiaires financiers, ainsi que la complexité à évaluer les impacts financiers et non financiers de la biodiversité en l’absence de méthodologie ou d’indicateurs consensuels.

Depuis juin 2022, la SFDR et la loi Energie climat imposent aux assureurs la publication d’informations relatives à la prise en compte des enjeux de biodiversité. Pour son étude, l’ACPR a analysé les rapports de 47 établissements d’assurance et mutuelles publiés en juin 2022, ainsi que ceux publiés en juin 2023 par 113 établissements.

(1) « Les assureurs français face aux risques liés à la perte de biodiversité : Enjeux et enseignements pour les organismes et leur supervision »