21102018

Retour Vous êtes ici : Accueil Assurance vie Les Français et l’épargne : un sondage qui confirme une sous-information

Assurance vie

Les Français et l’épargne : un sondage qui confirme une sous-information

La plateforme Linxea a fait réaliser un sondage les 5 et 6 septembre par l’institut Odoxa (1 004 réponses). Ce sondage censé représenter l’opinion des 52,4 millions de Français de 18 ans et plus montre notamment une totale méconnaissance des SCPI.

Il ressort de ce sondage sur le thème « Les Français et l’épargne » que 14 % déclarent ne pas détenir de livrets (livret A, LDD, PEL, CEL), 42 % possèdent une assurance vie, 22 % indiquent avoir des actions (PEA, compte-titres, Sicav). 9 % seulement sont détenteurs d’un investissement locatif. A peine, 4 % disent avoir de l’or... ce qui fait un peu plus de deux millions de Français ! 

Près des deux tiers des Français déclarent qu’ils veulent « peu de risques de perte en capital même si la probabilité de gain est faible ». Cette proportion est plus forte chez les femmes (65 % contre 58 % pour les hommes) et deux fois plus forte chez les plus de 65 ans que chez les jeunes (74 % versus 37 %). Environ 6 % des Français sont prêts à prendre « des risques de perte significative avec une probabilité de gain élevé »  : une donnée curieuse puisque 22 % du panel disent posséder des actions.

Pour près d'un Français sur deux, l’assurance vie est le meilleur compromis rendement/risque

A la question « Qu’est-ce qui a généré le meilleur rendement en 2017 ? », aucune réponse ne se détache : 19 % pour l’immobilier locatif, 18 % pour l’assurance vie, 17 % pour la Bourse, 16 % pour l’or… Le bitcoin est curieusement crédité de 16 % alors que chacun sait que son cours s’est littéralement effondré. Quant à l’or, si sa performance a été significative de 2005 à 2012, ce n’est plus le cas depuis !

Concernant l’épargne immobilière sur laquelle le sondage fait un zoom, il est intéressant de remarquer que 4 % déclarent avoir déjà investi en parts de SCPI. Pire, 10 % seulement disent savoir précisément ce qu’est une SCPI. Et parmi ceux qui connaissent cette forme d’investissement, un tiers (35% exactement) « ont une mauvaise image ». Antoine Delon, le président de Linxea, explique que « la crise des années 90 reste dans la mémoire de beaucoup de seniors ».

SCPI, connais pas ! 

A ceux « qui ont déjà entendu parler des SCPI », les sondeurs ont demandé quel montant selon eux, il faut investir au minimum. La moitié répondent « 5 000 € », 11 % « 20 000 € » et 37% « moins de 500 € ». Ces épargnants reconnaissent deux qualités aux SCPI : tranquillité d’esprit (54 %) et rentabilité (38 % seulement) et trois inconvénients, l’incertitude sur le marché de l’immobilier (43 %), la fiscalité (39 %), les frais (37 %). On le voit, avec ce nouveau sondage, les Français ont beaucoup d’idées fausses sur l’épargne. Ils « sont très mal informés sur les placements qui ont été rentables en 2017 », observe Antoine Delon et connaissent très mal les SCPI.

JDE