21102018

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP Cabinets de CGPI : les projets de rachat en hausse (baromètre Cardif)

Banque

Cabinets de CGPI : les projets de rachat en hausse (baromètre Cardif)

La 12e édition du baromètre Cardif dresse le portrait d'un CGPI toujours optimiste, mais conscient des défis réglementaires et digitaux. Les envies de rachats d'autres cabinets sont au plus haut. 


Pour sa 12e édition, le Baromètre du marché des Conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) et de leurs clients réalisé par Kantar TNS pour BNP Paribas Cardif dresse un tableau de professionnels empreint d’optimisme.

Malgré les défis réglementaires et économiques que traverse la profession, le moral des CGPI reste au plus haut haut. Ils sont 93 % à déclarer que la profession se porte bien et même 9% qu’elle se porte très bien ! On est loin des 68 % enregistré en 2013.

3,6 M€ de collecte brute annuelle par cabinet

Côté situation financière des cabinets de CGPI, 25 % pensent qu’elle est meilleure qu’en 2017 et 61 % qu'elle est identique. Et pour cause : le niveau de la collecte brute d’épargne atteint des niveaux record à 3,6 M€ en moyenne par cabinet (comme en 2017). La collecte médiane s’élève à 1,4 M€ (contre 1,2 M€).

Portés par ces bons résultats, ils sont de plus en plus confiants : 85 % pensent que leurs perspectives de développement à cinq ans sont importantes, notamment en grâce à l’augmentation de l’encours moyen par client. Seule l’évolution de la règlementation semble les inquiéter majoritairement : 55 % pensent qu’elle aura un impact négatif sur la collecte en assurance vie.

45 % pensent racheter un autre cabinet dans les 5 ans

Du coup, les intentions de rachat de cabinet progressent : 45 % ont l’intention de racheter un autre cabinet dans les cinq ans (contre 38 % en 2017)… mais seulement 15 % comptent céder leur cabinet dans les cinq ans (12 % en 2017). « Cela risque de créer quelques tensions », commente Pascal Perrier à la tête de la direction CGPI et courtiers de BNP Paribas Cardif depuis mai 2018, pour qui « la profession a de beaux jours devant elle ».
Carole Molé-Genlis