28092022

Retour

Loi de finances

Carmignac Gestion et OFI AM, rattrapées par la patrouille

Coup sur coup, deux sociétés de gestion françaises font la Une pour une amende de 500.000 euros.

« Les feuilles mortes se ramassent à la pelle... » et le courroux de l'AMF aussi en cette rentrée 2012 !

Premier coup de semonce en direction de la place Vendôme et de la société Carmignac Gestion. Grâce à la récente procédure (août 2011) dite « de composition administrative », celle-ci va verser 500.000 euros au Trésor Public sur la base de trois griefs :

Information insuffisante auprès des porteurs de parts des fonds Carmignac Investissement et Carmignac Patrimoine, investissement non prévu et encore moins révélé dans des instruments financiers complexes dans le cadre de la gestion des fonds CPR 50, CPR 75 et CPR 100 et enfin absence d'un contrôle des risques adapté à son activité.

Dans le communiqué rendu public par l'AMF, Carmignac Gestion précise que ni l'acceptation de cette procédure, « ni le présent accord ne permettent de considérer les faits comme avérés ou reconnus ».

Finalement, il semble que nous soyons ici en présence d'un accord « gagnant-gagnant ». Tout d'abord, pour l'autorité de contrôle qui crédibilise une procédure qui jusque-là n'avait concerné que du menu fretin. Pour la société de gestion ensuite qui, en évitant une procédure, voire une éventuelle amende infligée par la commission des sanctions, conserve son aura intacte auprès de certains investisseurs étrangers particulièrement tatillons.

Cette affaire était tout juste rendue publique que c'était au tour d'OFI AM d'être inquiétée. La commission des sanctions de l'AMF pourrait bien en effet lui infliger une amende de 500.000 euros et un blâme au sujet de quatre fonds exposés à Madoff entre 2006 et 2008. Pour sa part, la société estime être victime de la fraude. Comme elle a pu déjà le faire par le passé, elle dispose en tout cas de la possibilité de former un recours sur le fond devant le Conseil d'Etat si jamais une telle décision était rendue.

Mis en ligne le 21 septembre 2012