21022019

Retour Vous êtes ici : Accueil Immobilier Le crowdfunding immobilier séduit de plus en plus

Immobilier

Le crowdfunding immobilier séduit de plus en plus

Selon le baromètre Fundimmo/Hellocrowdfunding, en 2018, les épargnants ont investi 185 M€ pour 343 projets. Le crowdfunding immobilier a servi un rendement moyen de 9% en 2018. 

Le crowdfunding immobilier continue de séduire les épargnants. Selon le baromètre 2018 Fundimmo/Hellocrowdfunding réalisé auprès de 32 plateformes de crowdfunding, en 2018, la collecte a atteint 185 M€ soit une hausse de 83 % par rapport à 2017 sur un total de 343 projets proposés. Le marché reste cependant fortement concentré autour d’une poignée de plateformes : Fundimmo, Clubfunding, Homunity, Anaxago et Wiseed pèsent à elles seules 67,8 % du marché global en 2018. 

Les montants remboursés sont en forte hausse à 55 M€ en 2018 (pour 146 projets) contre 29 M€ en 2017 (pour 83 projets). « Malgré le ralentissement observé dans le logement neuf, la croissance continue du marché du crowdfunding immobilier démontre que les acteurs de la promotion immobilière ont de plus en plus recours aux services du financement participatif pour financer leurs fonds propres », s’est félicité Stéphane Bombon, président de Fundimmo. 

Un rendement attractif 

Il faut dire qu’avec un rendement annuel moyen de 9 % en 2018, le crowdfunding immobilier reste un placement attractif. Le baromètre note un léger recul de 0,9 point du rendement dû à « la hausse des montants levés auprès de promoteurs de taille plus importante, de nature à diminuer les taux » selon Jérémie Benmoussa, directeur général de Fundimmo, mais aussi à « la professionnalisation des plateformes devenues plus exigeantes vis-à-vis des promoteurs. Or la diminution des risques exerce une influence significative sur les rendements ». Les plateformes semblent avoir tiré les leçons de l’affaire du promoteur Terlat qui avait mis la clé sous la porte en 2017. En 2018, aucun nouveau défaut de remboursement n'a été constaté. 

Le taux de défaillance, calculé sur la base des projets ayant subi une perte en capital et/ou une perte des intérêts depuis 2012, reste faible à 0,67%. En revanche les retards de remboursement analysés pour la première fois dans le baromètre annuel du crowdfunding immobilier resortent à 7,68% pour les retards de moins de 6 mois, et à 8,24% pour les retards de plus de 6 mois. 

Rappelons que dans le cadre du crowdfunding immobilier, qui consiste à proposer à des particuliers de financer des promoteurs immobiliers via un emprunt (en minibons ou obligations) ou une levée de fonds (actions) en passant par une plateforme de financement participatif, le montant du financement sollicité est plafonné à 2,5 M€. La loi Pacte prévoit de relever cette limite à 8 M€.

Carole Molé-Genlis