Gestion de Fortune

24102017

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP Rubriques Patrimonia 2017 : des CGPI «dans le brouillard» pour la réglementation mais optimistes

Patrimonia 2017 : des CGPI «dans le brouillard» pour la réglementation mais optimistes

Selon une étude réalisée pour Patrimonia 2017, la règlementation est le premier défi des CGPI. Normal : les textes sur la transposition de DDA début 2018 ne sont pas encore parus !

Moins de 15 jours avant l'ouverture de Patrimonia qui se tiendra les 28 et 29 septembre prochain au Centre de congrès de Lyon (photo), une étude révèle les inquiétudes des CGPI au sujet de la réglementation : 67 % des sondés estiment ne pas être prêts pour la mise en application de Priips en janvier 2018, 58 % sont préoccupés sur l'application de la Directive de distribution des assurances (DDA) et 51% ne sont pas prêts non plus pour Mif 2.

Selon Guy Cohen, vice-président de l'Anacofi, « 2018 sera l'année la plus chargée en réglementation depuis longtemps avec l'arrivée des textes européens ». En effet, MIF2 et Priips doivent être appliquées dans moins de quatre mois, en janvier 2018, et DDA un mois plus tard en février 2018. Sur cette dernière directive, il reste encore des décrets et ordonnances à paraître, notamment les textes qui doivent détailler la transparence des commissions vis-à-vis du client (en pourcentage ? en montant libellé en euros ? Un récapitulatif annuel des frais ? etc.).

En ordre dispersé

Les réactions des associations sont en ordre dispersé : l'Anacofi demande de son côté le report d'un an de DDA, « Nous sommes dans le brouillard. La Place toute entière n'est pas prête », a indiqué Guy Cohen. Pour Edith Rossi, déléguée générale de la CNCGP, « tout va se décider pendant ce 4e trimestre », mais les discussions sont encore nombreuses et les détails de la transparence peuvent aller loin : par exemple un CGP devra-t-il aller jusqu'à établir un compte d'exploitation par client, c'est-à-dire faire état des recettes mais aussi des coûts générés par le client ? « Nos adhérents CGPI sont habitués à la transparence et je n'ai pas vraiment d'inquiétude par rapport à la réglementation », a indiqué pour sa part Elizabeth Decaudin, déléguée générale de la CNCIF.

Optimisme et digitalisation

Reste que mis à part ces questions cruciales de la réglementation, 80 % des CGPI interrogés par l'étude sont optimistes sur l'année 2018. Quant à la digitalisation, la transformation est radicale : 62 % des CGPI s'y sont mis. Ils étaient moins de la moitié l'année dernière.