Gestion de Fortune

26072017

Retour Vous êtes ici : Accueil Magazine Dernier numero L'édito

L'Edito du mois - Juillet / Août 2017

L'Edito de Jean-Denis Errard

Editeur de Gestion de Fortune
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pourvu que ça dure

Voilà qui est rassurant. Les indicateurs économiques de notre pays vont dans le bon sens, c’est indéniable. On est sur un rythme de croissance du PIB de 1,5 % cette année, une tendance encourageante après cinq années de sinistrose. Et les ménages français perçoivent eux aussi cette amélioration en ce qui les concerne personnellement. Le dernier indice de confiance publié par l’Insee montre un net progrès de l’optimisme dans notre pays. Lorsqu’on observe l’évolution de cette mesure du moral des Français depuis 40 ans, on voit une oscillation autour du cours pivot de 100, avec deux exceptions notables. De juillet 1999 à juillet 2001, l’indice est monté aux environs de 120, une inédite période d’euphorie qui s’est produite sous le gouvernement Jospin (ce qui ne l’a pas empêché de perdre magistralement l’élection présidentielle face à Jacques Chirac).

La deuxième variation inhabituelle de cet indice de confiance a commencé après l’été 2007, avec un effondrement très marqué fin 2008, à environ 80. On en connaît la raison : une crise de confiance mondiale liée au gigantesque sinistre des subprimes aux Etats-Unis et à la spectaculaire faillite de Lehman Brothers, entraînant comme un jeu de domino de nombreuses défaillances d’établissements financiers dans le monde. Le CAC 40 s’est effondré de plus de 41 % cette année-là, du jamais vu depuis que cet indice a été créé fin 1987. Ce cauchemar va durablement marquer les esprits des épargnants, restés souvent indifférents à cet effet de ciseau depuis cinq ans entre le rendement dégressif du fonds en euros de l’assurance vie et la valorisation progressive des UC boursières.

L’indice de confiance des ménages français n’a commencé à se redresser qu’à la fin de l’année dernière et, pour la première fois, en mai 2017, il est repassé en territoire positif à 102 points. Un niveau inconnu depuis dix ans exactement ! Les Français sont clairement plus optimistes sur leur niveau de vie, moins craintifs sur leur avenir. Certes le sondage de l’Insee a été effectué en pleine période électorale, fin avril, mais il semble évident que les espoirs qu’a fait naître cette perspective de renouveau politique ne sont pas étrangers à cet enthousiasme.

Il y a un autre indicateur intéressant publié par l’Insee, c’est celui qui suit le sentiment des Français sur leur situation financière. Là aussi, on voit bien la violente dégradation de cet indicateur fin 2007, avec un pic d’angoisse mi-2014. Depuis, l’indice n’a cessé de se redresser, revenant à son niveau de l’été 2007, avec une quasi égalité entre pessimistes et optimistes.

Les Français semblent prêts à tirer un trait sur ces dix ans de noirceur. Deux quinquennats de morosité. « Pourvou qu'ça doure ! », pour reprendre la fameuse réplique de la mère de Napoléon lui annonçant de nouvelles victoires militaires.

 

Bonnes vacances.