22072024

Retour

Actualité des sociétés

LOIM lance la stratégie Future Electrification


electrification

Afin de saisir les opportunités offertes par la transition du système énergétique vers un modèle électrifié, Lombard Odier IM lance une nouvelle stratégie, Future Electrification.

 

 

« Nous sommes convaincus, souligne Didier Rabattu, global head of equity chez Lombard Odier Investment Managers, que l’électrification constituera l’un des plus grands bouleversements systémiques de l’histoire du capitalisme, avec des opportunités d’investissement séduisantes, tournées vers l’avenir. » C’est donc à point nommé que LOIM ouvre au public sa stratégie Future Electrification. Gérée de manière « active », celle-ci cherchera à tirer parti des nouvelles sources de revenus dans le domaine de l’électrification, au fur et à mesure que se réalisera la transition du système énergétique mondial vers un modèle électrifié, décentralisé, propre et efficient.

« De nombreux actifs et produits de notre système énergétique, est-il fait observé dans le communiqué de lancement, atteignent ou ont déjà atteint un point de bascule, alors que les innovations et les politiques ont permis le développement de solutions rentables et fonctionnelles, comme les véhicules électriques, les énergies renouvelables ou les pompes à chaleur. Bien que nous ayons assisté à d’autres transitions technologiques par le passé, les marchés ne semblent toujours pas valoriser les opportunités à venir liées à l’alpha vert. »

Une solution immédiate et efficace

Par « alpha vert », le gestionnaire suisse entend l’obtention de meilleurs résultats financiers, par rapport au consensus, dans un scénario respectueux de l’environnement. La nouvelle stratégie, que gérera Paul Udall (avec Peter Burke-Smith, junior portfolio manager, et les équipes de recherche et d’investissement en matière de soutenabilité de LOIM), souhaite bénéficier de la dynamique émanant des efforts effectués pour aller vers l’électrification de l’ensemble de l’économie. « Capitalisant sur le soutien grandissant des politiques et la croissance des avantages en termes de coûts, est-il précisé dans le communiqué, elle a pour objectif de délivrer de solides performances, tout en permettant des progrès significatifs dans la transition vers une économie neutre en carbone. »

Le portefeuille comprendra de 40 à 50 actions internationales, avec une préférence pour les entreprises de « haute qualité » dotées de modèles financiers et de pratiques commerciales durables, dont les modèles d’affaires soutiennent aussi bien la demande que l’offre ou encore les facilitateurs. La demande a trait à l’électrification propre et à l’amélioration de l’efficacité des bâtiments, des transports, de l’industrie et des processus de production, parallèlement à l’évolution des modes de consommation. L’offre porte sur l’approvisionnement énergétique mondial, qui doit être décarboné, en passant des combustibles fossiles à des sources d’énergie renouvelables. Les facilitateurs, eux, concernent le matériel, les logiciels et les matières premières nécessaires pour accélérer le rythme de la transition.

« L’électrification, commente Paul Udall, est plus qu’une tendance émergente dans la course contre le changement climatique. L’importance croissante des véhicules électriques, de l’énergie solaire et des pompes à chaleur montre à quel point elle se déploie dans l’ensemble des secteurs d’activité à travers le monde. Vouée à constituer la solution la plus immédiate et la plus efficace aux crises du climat et de la sécurité énergétique, notre stratégie Future Electrification tirera parti du soutien des politiques et des industriels à la transition du système énergétique vers un modèle électrifié, tout en exploitant les sources de profit qui en découlent. »

ML