18022020

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Février 2020 - n°311

DOSSIER : Palmarès 2020 des fournisseurs, tous les résultas

Février

Comme tous les ans, Gestion de Fortune a sondé, via un questionnaire envoyé en ligne en décembre, près de 4 500 professionnels du patrimoine pour leur demander avec quels prestataires ils ont travaillé en 2019 et ce qu'ils en pensaient selon plusieurs critères : leur gamme de produits, leur qualité de service et la compétence de l’équipe commercial. En 2020, le Palmarès a réservé quelques surprises…

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

200201_sommaire

GESTION D'ACTIFS : Rush sur l’or et les métaux précieux

Février

En ce début d’année 2020, les tensions géopolitiques ont conforté le rebond des cours de l’or initié en 2019. Les facteurs de soutien du métal jaune sont nombreux, ce qui nourrit l’optimisme des gérants investis sur l’or soit directement, soit par le biais des actions du secteur aurifère.

Commander le numéro

L'INVITÉ DU MOIS : Charles Bienaimé, directeur de Meeschaert Family Office France

Février

« En France, le cadre réglementaire de la philanthropie est dépassé ! »

C’est un fait, la philanthropie est devenue une classe d’actifs, en tout cas dans le patrimoine des « ultra riches ». Selon le rapport Wealth-X 2019, au-delà de 70 ans, la philanthropie écrase tous les autres hobbys. Nous avons rencontré Charles Bienaimé, directeur du family office du groupe Meeschaert, l’un des spécialistes en France.

Commander le numéro

L'HUMEUR DE GEF

Une grève qui passe inaperçue !

« Les bénéfices des sociétés américaines ont cessé de progresser il y a plus de sept ans », commente Bernard Aybran, le patron de la multi- gestion chez Invesco AM. « Nul ne sait quand ils reprendront leur croissance et ça ne gêne personne ». C’est que les marchés ne regardent que les bénéfices par action des sociétés cotées, qui ont pour leur part augmenté de 29,8 % (entre 2012 et 2019) grâce aux rachats d’actions. « Une grève des bénéfices dans le plus long cycle d’expansion de l’histoire des Etats-Unis, c’est éton- nant. A quand la reprise de l’activité ? »

Verdict

« Quelle serait la situation des retraités s’ils avaient eu des fonds de pension depuis le début des années 1980 ? », se demande Patrick Artus dans une récente étude. La démonstration du chef économiste de Natixis est sans appel : « Avec le régime par répartition, 1 € de cotisation de 1982 produit aujourd’hui une retraite de 1,93 €. Avec la capitalisation, la valeur serait de 21,90 € ». Les retraités seraient dix fois plus riches ! Avec le niveau des taux actuels, on imagine les dégâts pour les futurs retraités si les gestionnaires Agirc-Arrco continuent de miser sur les titres obligataires...

Les trois sœurs

Pour les trois compartiments du PER, Julien Séraqui, président de la CNCGP, propose trois prénoms féminins, « comme pour les tempêtes », à savoir « Perrine (plutôt que PERin), Coline (plutôt que PERcol), Obline (plutôt que PERob) ».

Vous avez dit ISR ?

Aramco, le géant pétrolier entré en Bourse en décembre, a pulvérisé le seuil symbolique des 2 000 Md$ de valorisation, en ayant mis en vente seulement 1,5 % de ses parts. La plus grande IPO de tous les temps, les institutionnels de tout bord se sont précipités. Oubliées les bonnes résolutions ISR !

Roche noire, mouton noir

Tout est bon pour clouer au pilori le géant de la gestion d’actifs BlackRock. Etonnant non ? A droite comme à gauche ! Notre interview de Jean-François Cirelli sur « les ambitions de BlackRock en France » – parue dans notre numéro de décembre – aurait-il suscité ces étranges diatribes de la part de l’establishment financier français contre le concurrent américain qui veut, selon ses mots, « bousculer l’écosystème de la distribution d’épargne »... Le mastodonte de la gestion indicielle à bas coûts passe pour le vilain mouton noir.

Osé !

Spirica, filiale de Crédit Agricole Assurances, annonce le lancement d’une gamme de « 50 fonds ISR » dont, est-il précisé dans un communiqué, sept SCPI et un OPCI en « immobilier durable ». Il n’existe pourtant, officiellement, aucune norme ou label de SCPI ISR !

Honnête ou pas ?

A des étudiants futurs notaires, perplexes devant cette nouvelle notion d’abus de droit à motivation principalement fiscale, le professeur Michel Grimaldi lance : « Comportez-vous en honnête homme », ajoutant, confus : « Je ne peux pas dire aussi en honnête femme, parce que ce serait douteux ! » Sage-femme aussi prêterait à confusion, non ? Même si les notaires sont d’une certaine manière des accoucheurs de secrets de famille...