29112022

Retour

Gestion de Fortune n° 334 - Avril 2022

ImprimerE-mail


Votre choix :


Prix ​​de vente TTC7,80 €
Prix de vente HT 7,64 €
Remise
Prix / Kg:
Choisissez un produit

L'Edito de Jean-Denis Errard

 Hommage à Jean-Pierre Rondeau

 Comment ne pas s’associer au très large hommage rendu à JeanPierre Rondeau, fondateur de la Compagnie des CGPI (aujourd’hui avec le « I » en moins, ce qui l’avait horripilé…), décédé le 9 mars 2022 dans sa 75ème année. Les journalistes qui, comme moi, ont vu naître la profession dans les années 90 savent ce qu’ils doivent, eux aussi, comme tous les conseillers en gestion de patrimoine, à cet homme de caractère qui a mis tant d’énergie et de passion pour faire reconnaître ce métier en ce qu’il a d’indispensable pour protéger le fruit d’une vie d’économies afin d’assurer ses lendemains.

Oui, Jean-Pierre était apprécié des journalistes s’intéressant aux questions d’épargne et de placements, même si on se faisait parfois rudoyer pour un manque de rigueur dans nos articles. Il n’avait, comme on dit, « pas sa langue dans sa poche ». L’ancien para du 9e RCP était parfois « brut de décoffrage » et c’est pour cela que les journalistes l’aimaient bien. Il ne voulait pas laisser le champ libre aux arnaqueurs de tous poils. Il n’avait pas de scrupules pour mettre les pieds dans le plat à une époque où la protection des épargnants était rudimentaire tout comme la formation des conseillers.

« Une farce quoi ! »

« Ou un nouveau bide futur ! En fait, une action de simple communication gouvernementale ! », m’écrivait-il dans l’un de ses derniers emails en 2020 au sujet de l’annonce d’une nouvelle incitation fiscale. Je me souviens aussi de ce message de 2018 : « la Compagnie alerte sur le process de commercialisation de cette société… ce simple avertissement risque de servir de pièce à charge dans un futur procès qui serait intenté par un client ». Avec cette sentence : « nous ne conserverons pas un adhérent qui mépriserait le risque supporté par ses clients et le niveau des primes à payer demain par ses confrères, la détérioration de notre image et celle de La Compagnie ».

« Jean-Pierre Rondeau, rappelle mon confrère Gilles Pouzin qui s’est rendu à ses obsèques au nom de tous les journalistes qu’il a connus, avait le verbe haut et n’hésitait pas à dénoncer publiquement et à signaler aux autorités les arnaques comme celle d’Aristophil », au grand dam de confrères qui le lui reprochaient. Alors qu’il s’était vu poursuivi en diffamation par le maître ès manipulation des lettres et manuscrits, qui arrosait copieusement son réseau, notre confrère Erwan Seznec du magazine Que Choisir avait reçu le soutien de Jean-Pierre Rondeau, venu témoigner en sa faveur au tribunal. « C’était un excellent professionnel ayant une attention pour chacun », a réagi Me Hélène Feron-Poloni, avocate associée du cabinet d’avocats Lecoq-Vallon & Feron-Poloni bien connu pour sa défense des épargnants.

Une page qui se tourne

« Jean Pierre n’est plus et c’est une page de la Gestion de Patrimoine qui se tourne », écrit son ami Philippe Loizelet, président de l’Association Nationale des Conseils Diplômés en Gestion du Patrimoine. « Triste soir pour un homme qui ne l’était pas. Parfois ami, parfois opposant, mais un compagnon de lutte depuis 25 ans… », a déclaré David Charlet, président de l’Anacofi à l’annonce de la nouvelle dans la soirée du vendredi 11 mars. On ne saurait mieux dire. A tous ceux qui l’ont aimé, à Philippe qui lui a succédé, nous adressons nos respectueuses condoléances.