30052024

Retour

Gestion de Fortune n° 349 - Septembre 2023

ImprimerE-mail


Votre choix :


Prix ​​de vente TTC7,80 €
Prix de vente HT 7,64 €
Remise
Prix / Kg:
Choisissez un produit

L'Edito de Patrick Lelong

 Escroqueries : un coup de fil pour en découdre !

Un faux-nez, un faux-semblant, un faux pas et, plus qu’il n’en faut avec un « faux serre », (pardon un faussaire et même plusieurs)… L’année 2022 serait-elle celle de la recrudescence de la fraude aux conseillers ? Oui, nous disent l’ACPR et l’AMF. L’enquête de Georges Canto l’explicite. Il y a certes, les classiques escroqueries d’offres frauduleuses promettant monts et merveilles qui continuent leur bonhomme de chemin, via les réseaux sociaux, le bouche-à-oreille mais, plus difficile à déceler, les autorités de tutelle mettent en avant l’usurpation d’identité de professionnels de la finance. Selon quels modes opératoires ? Souvent simples comme un coup de fil ou comme un SMS. Concrètement, le nom de sa banque et son numéro de téléphone ou celui de son notaire ou de son conseil financier s’affiche sur le portable. Il est alors demandé à l’intéressé d’intervenir pour bloquer une opération soi-disant frauduleuse et décelée presqu’à temps (un prélèvement, une dépense anormale…). Pour cela, on le rassure avec des éléments d’identification que l’on demande à tout un chacun (identité, lieu de naissance, banque et agence…) Sauf que c’est l’escroc qui vous fournit ces renseignements pour endormir votre vigilance et non vous, comme dans une procédure habituelle où vous devez répondre à des questions vous concernant (date et lieu de naissance, adresse par exemple). Et puis, comme vous êtes le seul à détenir le code d’accès à votre compte, deux solutions vous sont proposées : attendre et signaler l’opération de débit, une fois le délit commis, ou, pour la bloquer immédiatement, indiquer vos identifiants. En un tour de main, vous êtes débité (et dépité) d’achats sur internet, de virements en votre nom sur un compte à l’étranger difficilement identifiable.

Comme dans toute fausse vérité, il y a du vrai et du vraisemblable. Votre banque, votre notaire, votre conseil en gestion de patrimoine ne connaissent pas votre code d’accès à vos comptes. Il est de nombreuses fois martelé qu’à aucun moment votre banque, ou des organismes comme les impôts ou la sécurité sociale ne vous demanderont de leur donner ce précieux renseignement. Dit autrement, si une telle demande est faite, elle ne peut provenir que d’un escroc.

La parade reste simple et de bon sens. Il vous faut appeler votre banque, votre conseil en gestion de patrimoine ou votre notaire, en utilisant leur numéro de téléphone habituel et surtout pas celui que l’on vient de vous fournir tout cousu de fil blanc. Ne restons pas bouche cousue pour en découdre !