16042024

Retour

Assurance vie

Revavie, eurobonifié, eurocroissance : ce qui se prépare autour de l’épargne

Les projets de réforme autour de l’assurance vie et l’épargne retraite se multiplient : Revavie pour la retraite supplémentaire, nouvel eurocroissance, eurobonifié. Le point sur ce qui se prépare dans les mois à venir.

Le secteur de l’assurance vie et l’épargne retraite bouillonne d’idées en ce début 2018 ! Plusieurs projets pour réformer l’épargne sont  en effet actuellement dans les cartons à la fois côté gouvernement et côté assureurs.

Revavie : cette nouvelle proposition des assureurs doit permettre de garantir un complément de revenu : « La France est dans une situation atypique, voire aberrante sur la plan de la retraite avec à peine 2% en retraite par capitalisation », a indiqué Bernard Spitz, président de la Fédération française de l’assurance (FFA) lors de la conférence de presse annuelle ce jeudi 15 mars 2018. « Nous sommes entièrement dépendants de la retraite en répartition, ce qui expose les Français en cas de retournement de conjoncture ».

Les assureurs ont donc imaginé de regrouper tous les produits d’assurance retraite supplémentaire (sauf le Perco) dans un système « universel » et uniforme qui porte le nom de code « Revavie ». Il regrouperait les actuels produits d’épargne retraite individuels (Perp, Madelin) ou collectifs (article 83) et viserait toutes les catégories : indépendants, artisans et commerçants, salariés, fonctionnaires, agriculteurs, etc. Il s’agirait d’un complément de revenu garanti à vie dès la phase d’accumulation, portable d’une entreprise à l’autre et transférable d’un assureur à l’autre. Côté agenda, il rentrerait plutôt dans le projet de réforme des retraites porté actuellement par Jean-Paul Delevoy.

Eurocroissance modifié – appelé aussi « new croissance : « L’eurocroissance n’a pas donné tout ce qu’on pouvait attendre », reconnait Bernard Spitz qui rajoute : « le principe de l’engagement à terme est une logique fondamentale. Peu importe si cela s’appelle eurocroissance ou non ». L’idée est de simplifier le dispositif à la fois côté assureur (cantonnement du produit), mais aussi côté assuré en le rendant plus lisible : « cette année, la moyenne du rendement de l’eurocroissance est de 3,40%. Mais dans chaque contrat de chaque client, on retrouve un rendement différent ! ». Les assureurs souhaiteraient pouvoir servir et communiquer sur un taux de rendement unique par contrat comme pour les fonds euros. Enfin, a précisé Bernard Spitz, « Nous souhaitons que l’eurocroissance soit intégré dans Revavie ».

Eurobonifié : pour retrouver l’incitation à l’épargne de long terme perdue avec la flat tax qui place l’assurance vie est au même pied d’égalité sur le plan fiscal que les autres placements, « la bonne réponse c’est jouer sur le rendement ». Dans le cadre du PACTE proposé par Bercy, le concept d’eurobonifié a ainsi le jour : « L’idée générale est le limiter le rendement pendant une certaine période pour le rendre plus attrayant dans une période postérieure ». Ce projet devrait être présenté en Conseil des ministres mi-avril.