18052021

Retour

Assurance vie

MACSF et Tikehau innovent en lançant une UC investie en dette privée d'ETI

pme938

Tikehau Financement Entreprises sera exclusivement réservé au contrat d’assurance vie de la MACSF. Disponible à partir du mois de mai, sous le format d’un «evergreen» à durée de vie illimitée, ce support garantira une grande visibilité et une liquidité à tout moment.

Le financement des petites et moyennes entreprises françaises et européennes trouve de nouveaux relais, avec des solutions toujours plus innovantes : le Groupe MACSF et Tikehau Capital ont décidé de s’associer pour proposer aux investisseurs particuliers un support inédit offrant la possibilité de contribuer au financement de l’économie réelle, en investissant au travers de l’assurance vie dans la dette privée d’entreprises de taille intermédiaire. Une classe d’actifs jusqu’à présent réservée aux investisseurs institutionnels.

Il existe effectivement déjà un grand nombre d’assureurs proposant à leurs souscripteurs des UC investies partiellement en entreprises non cotées mais ce, via des investissements en fonds propres. L’initiative de MACSF et Tikehau Capital est une première puisqu’elle s’inscrit au niveau d’un financement obligataire. Et prouesse technique bien plus souple que celle des FCPI, FCPR ou FIP, produits bloqués et dont il n’est pas toujours aisé d’appréhender précisément la valeur de leur portefeuille, cette UC sera liquide à tout instant et parfaitement lisible. Le format « evergreen », à durée de vie illimitée, de ce support d’investissement garantit, en effet, aux investisseurs une grande visibilité sur la progression de leur épargne et une liquidité à tout moment.

Baptisé Tikehau Financement Entreprises, ce support d’investissement sera disponible en exclusivité au sein du contrat d’assurance vie de la MACSF, le RES Multisupport, dès le mois de mai 2021, dans le cadre de son profil libre. Il sera également accessible dans le plan d’épargne retraite RES Retraite.

Techniquement, le mécanisme mis en place par les deux acteurs financiers permet de préserver et de revaloriser le capital investi. D’une part, pour faire face aux éventuels retraits sur le support, une poche permanente de liquidité a été créée. La durée illimitée dans le temps de cette unité de compte permet en effet de compenser les rachats par les nouvelles souscriptions. D’autre part, afin de maximiser le rendement, les prêts une fois remboursés par les entreprises, sont automatiquement réinvestis dans le fonds. Et les intérêts payés sous forme de coupons par les entreprises sont également réinvestis. « Ce dispositif a pour objectif d’atteindre une performance moyenne plus de deux fois supérieure au rendement annuel du fonds en euros », précise Roger Caniard, directeur financier du groupe MACSF.

Pour des raisons réglementaires, cette unité de compte ne devra pas représenter plus de 30% d’un contrat à la souscription. Elle sera investie à hauteur minimale de 50% en entreprises françaises et le solde en sociétés européennes, essentiellement allemandes, britanniques mais aussi espagnoles, italiennes et néerlandaises, là où Tikehau dispose de bureaux locaux et d’analystes susceptibles de choisir les bons candidats au financement. Si la France est ainsi privilégiée, c’est d’abord en raison de la volonté de favoriser une irrigation locale, mais aussi parce que « l’hexagone est le pays le plus développé sur le marché de la dette privée, devant l’Allemagne et la Grande Bretagne », souligne Frédéric Giovansili, directeur général adjoint de Tikehau Investment Management. Les entreprises sélectionnées auront, au préalable répondu à un stricte questionnaire en matière de protection de l’environnement et de leur impact carbone.

MACSF vise un encours de plusieurs dizaines de millions d’euros, sachant que ce portefeuille, de par sa liquidité, est amené à évoluer en permanence. Les instigateurs de cette initiative attendent maintenant de voir quel sera son succès auprès des épargnants pour envisager une déclinaison. Il est certain qu’elle offre la possibilité d’aborder une autre classe d’actifs que celle des actions cotées et ce, dans une optique de long terme. Raison pour laquelle, d’ailleurs, MACSF réfléchit à la façon de proposer ultérieurement cet outil dans un PER.

PBB