27052024

Retour

Marché

La Banque Postale risque de fermer Ma French Bank


fermeture - cessation d'activité - restructurationLa banque mobile lancée en 2019 n’est pas rentable malgré ses 750 000 clients. Un projet de cessation d’activités est à l’étude.

 

 

 

 

La Banque Postale a mis à l’étude un projet de cessation des activités de Ma French Bank, sa banque mobile. La filiale du groupe n’a en effet pas trouvé son modèle économique malgré ses 750 000 clients.

« Dans un marché extrêmement concurrentiel, en pleine consolidation, qui requiert une taille critique suffisante pour espérer devenir rentable, des investissements massifs seraient nécessaires pour le développement de Ma French Bank, notamment en élargissant sa gamme de produits et d’offres d’équipement, détaille La Banque Postale dans un communiqué. Une telle orientation n’apparaît plus compatible avec le plan stratégique du Groupe La Banque Postale, qui envisage de prioriser ses investissements sur l’accélération de sa digitalisation. »

La Banque Postale et sa filiale ont initié le 18 décembre une procédure d’information-consultation de leurs instances représentatives du personnel pour étudier les conditions du projet de cessation d’activités. Celui-ci suivrait un processus qui s’étalerait entre 12 et 18 mois, pendant lesquels les avoirs et dépôts des clients resteront accessibles. Ils auront ensuite l’option d’ouvrir un compte chez La Banque Postale.

Le groupe assure que l’ensemble des collaborateurs se verra proposer un nouveau poste en son sein et s’engage à les informer, de même que les clients, de l’évolution du projet.

C’est un tournant pour le groupe, qui coïncide avec l’arrivée récente de Stéphane Dedeyan comme président du directoire de La Banque Postale, succédant à Philippe Heim. Ma French Bank faisait en effet partie jusqu’à maintenant du plan stratégique « La Banque Postale 2030 », articulé autour de La Banque Postale, Louvre Banque Privée… et de la banque en ligne.

Plus tôt dans l’année, Orange annonçait la fermeture d’Orange Bank. Si ses clients ont été transféré vers BNP Paribas, la banque en ligne n’a pas trouvé de repreneur. Fin novembre, ses syndicats appelaient à la grève pour protester contre les modalités du plan de sauvegarde.