02032024

Retour

Marché

Le logement a enfin son ministère


Guillaume KasbarianLa nomination de Guillaume Kasbarian, député Renaissance d’Eure-et-Loir, a été annoncée lors du remaniement du 8 février. Les professionnels le pressent d’agir.

 

 

 

  

Une honte pour les acteurs du logement, un signe d’espoir pour les professionnels. La nomination de Guillaume Kasbarian, député Renaissance d’Eure-et-Loir, lors du remaniement du 8 février, qui a notamment vu Amélie Oudéa-Castéra être déchargée de l’Education au profit des Sports, a déjà suscité de nombreuses réactions.

Les professionnels du logement, estimant n’avoir que trop attendu (Gabriel Attal ayant été nommé Premier ministre il y a plus d'un mois) le pressent d’agir.
Les partenaires de l’Alliance pour le logement - la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) la Fédération française du bâtiment (FFB), l’Union sociale pour l’habitat (USH), la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), le Pôle Habitat FFB, Procivis, l’Union nationale des économistes de la construction (Unne), l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Untec), l'Union des syndicats de l’immobilier (Unis) et l'Union nationale des notaires employeurs (Unsfa) - ont demandé un « plan d’action immédiat » et « une véritable politique nationale du logement ». « Les membres de l’Alliance croient toujours à un sursaut qui requiert cinq engagements du gouvernement : répondre aux besoins des Français dans leurs différents parcours, accompagner les particuliers qui souhaitent acquérir un logement, respecter les professionnels, mettre en place des mesures réalistes pour tenir les objectifs de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et, dernier point fondamental, donner de la visibilité via un plan pluriannuel », écrivent-ils dans un communiqué.

Eric Allouche, le directeur du réseau Era Immobilier, demande aussi des mesures « urgentes », notamment d’incitation, afin d’augmenter le volume de logements disponibles et de fluidifier le marché. En bref, provoquer le « choc d’offre » attendu. « Bien qu’il n’y ait pas en France d’organisation structurée, contrairement à d’autres secteurs, susceptible de réclamer, dans la rue, une politique de logement plus efficace, les difficultés de logement si elles devaient persister et s’amplifier pourraient, potentiellement, créer de graves tensions dans notre société », prévient-il.

La Fnaim a rappelé de son côté ses propositions destinées à relancer le marché immobilier : relancer la portabilité et la transférabilité des prêts immobiliers, en attachant le prêt au bien plutôt qu’à l’emprunteur ; défiscaliser les investissements locatifs après 10 ans de détention pendant 10 ans ; un moratoire sur les normes du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) en matière de crédit immobilier ; alléger le calendrier de sortie des passoires thermiques du marché locatif.

En parlant du nouveau ministre, le président de la Fnaim Loïc Cantin a tenu à rappeler son « engagement pour le logement à l’Assemblée nationale, comme en témoigne son travail sur la loi « Pour Protéger les logements contre l’occupation illicite » sont des gages d’un futur dialogue de qualité ». La loi dite « antisquat » a laissé à l’inverse un goût amer aux acteurs du logement et de l’hébergement d'urgence, qui considèrent qu'elle criminalise les plus précaires. Un signal « négatif », un choix qui relève « soit de l’inconscience, soit du mépris », une « véritable gifle à tout le secteur du logement »… Les associations n’avaient pas de mots assez durs pour caractériser ce virage à droite d’un ministère traditionnellement plus social.

Guillaume Kasbarian devra donc ménager à la fois la chèvre et le chou s’il veut convaincre, élus compris : pendant que le logement était orphelin de ministère, l’Assemblée nationale a adopté une résolution « visant à accentuer les efforts pour favoriser l’accès de tous au logement ». Les députés invitent notamment le gouvernement à défiscaliser la location longue durée, encourager la construction, mobiliser le parc de logements vacants et assouplir les règles du HCSF ainsi que le calendrier de sortie des passoires énergétiques.