18042024

Retour

Marché

Allianz France veut reprendre sa place de n°2 sur le marché du courtage d’ici 2030


couple mariageL’assureur a présenté un plan de développement de son activité, avec une nouvelle organisation qui fusionne les équipes courtage et mid-market, présentes en IARD, santé et prévoyance. Objectif : séduire les courtiers tout en les fidélisant sur la durée.

 

 

 

  

Allianz France réorganise son activité de courtage pour partir à l’assaut du marché. L’assureur a dévoilé le 29 février un plan de développement dont la première pierre, posée en janvier, est la jonction entre les activités mid-market et courtage sous la nouvelle direction « développement et souscription mid-market ».

Pilotée par Guillaume de Chatellus et présente au sein de la direction midcorp et courtage dirigée par Frédéric Baccelli, elle réunit les équipes de souscription, d’animation commerciale et les fonctions supports dédiées au courtage qui étaient initialement rattachées à l’unité distribution. Clientèle concernée : les professionnels, particuliers ou entreprises, pour des produits d’assurance dommage (IARD), santé ou prévoyance. L’activité sera partagée entre une équipe mid-market et une autre « sur-mesure » lorsque certains plafonds sont dépassés (en engagement, chiffre d’affaires ou flotte de véhicules de l’entreprise).

« Il ne s’agit pas d’un changement d’appétit mais d’un retour à la profitabilité après les épisodes successifs des gilets jaunes, des manifestations contre les retraites et des émeutes ces dernières années », précise Frédéric Baccelli.

En suivant son plan stratégique à horizon 2030, qui présume d’une forte croissance sur tous les marchés et segments de clientèle ciblés, Allianz entend récupérer sa place de deuxième acteur du courtage en France, détenue par Covéa. La première marche du podium pour Allianz et ses 900 M€ de chiffre d’affaires est très haute, occupée par Axa et ses 3,5 Md€ de chiffre d’affaires. Mais pourquoi se fixer un tel horizon pour se contenter d’une deuxième place à l’arrivée ? « Si nous voulons être premier, nous allons nous concentrer uniquement sur la croissance au détriment des résultats techniques, répond Guillaume de Chatelus. Le monde du courtage se méfie des acteurs qui proposent une croissance trop rapide. »

Allianz est en effet lancée dans une opération de séduction des courtiers qu’elle veut définitivement fidéliser : la nouvelle direction a rencontré 200 intermédiaires dans tout l’Hexagone pour coconstruire son plan avec eux et prévoit de recruter une centaine de collaborateurs d’ici 2026. Refonte des systèmes informatiques, optimisation des processus de souscription et gestion, nouvelle proposition de valeur segmentée leur étant destinée… Rien n’est trop beau pour les futures fiançailles. « Le courtage est un levier du retour à la croissance rentable », martèle Frédéric Baccelli. Pour cela, il faudra atteindre les noces de chypre.