30032020

Retour Vous êtes ici : Accueil Capital invest. Les acteurs du private equity optimistes sur les opportunités en 2020

Capital investissement

Les acteurs du private equity optimistes sur les opportunités en 2020

Les sociétés de gestion livrent leurs anticipations en amont de l’IPEM, principal salon européen dédié au capital-investissement. Elles restent très optimistes sur de nouvelles opportunités en 2020.

L’enquête européenne conduite par l’International Private Equity Market (Ipem) auprès de dix associations professionnelles (France Invest, BVA, NVP, BVK, Avco, Seca, Ascri, Apcri, Aifi, BVCA) permet de connaître les anticipations des sociétés de gestion en amont de l’édition de l’Ipem 2020*, principal salon européen dédié au capital-investissement qui se tient à Cannes du 28 au 30 janvier prochains. 

Près de 2 900 spécialistes (gestionnaires, investisseurs et conseils) devraient s’y retrouver. Malgré un sentiment de fin de haut de cycle imminent pour les professionnels du private equity, la majorité des sociétés de gestion ne craignent pas un retournement économique majeur dans les 12 mois qui viennent. C’est l’un des enseignements de l’enquête 2020 (réalisée auprès de 370 acteurs du capital-investissement).

Valorisations préoccupantes

« Tandis que 56 % des répondants à cette enquête s’attendent à une dégradation du climat des affaires au cours de l’année à venir, les inquiétudes relatives au Brexit ont globalement reculé, comme en témoigne la baisse de la proportion de pessimistes en comparaison de l’an passé, indique le communiqué. En dépit d’un malaise croissant face à la montée du protectionnisme et du populisme à travers les grandes économies mondiales, l’industrie européenne du capital-investissement reste très optimiste quant à l’émergence de nouvelles opportunités en 2020. Les professionnels sont presque 3/4 à anticiper un environnement favorable aux levées de fonds, un tiers s’apprêtant même respectivement à lancer de nouveaux fonds et de nouvelles stratégies. »

Dans un tel contexte, où l’appétit des asset managers, family offices, compagnies d’assurance et autres fonds de pension pour la classe d’actifs ne se dément pas, les sociétés de capital-investissement européennes tablent encore à l’arrivée de nouveaux entrants. 59 % d’entre elles anticipent un accroissement du nombre d’acteurs au cours des prochains mois, avec une attention particulière sur la zone Benelux. Alors que les investisseurs sont à la recherche de rendement, ce dont les prive l’environnement actuel de taux d’intérêt extrêmement bas, le capital-investissement a devant lui plusieurs défis.

« Le principal, commentent les experts de l’Ipem, est le niveau historiquement élevé des valorisations, qui figure désormais en tête des préoccupations des professionnels du secteur. Ils sont 86 % à citer les prix stratosphériques comme un défi important, en hausse 7 points de pourcentage par rapport à l’an dernier. Plus inquiétant, plus de 40 % des sociétés de gestion anticipent une poursuite de cette inflation des valorisations en 2020, rendant encore davantage complexe l’identification d’opportunités d’investissement attractives. Les spécialistes des small et des mid caps sont les plus inquiets face à cet environnement tendu en matière de concurrence et de pricing, comme l’illustrent les perspectives de levées de fonds plus faibles dans ce segment de marché. »

Gestion des talents et ESG

L’industrie pharmaceutique et la santé arrivent en tête des priorités pour les acteurs du buy-out en Europe, 72 % des responsables consultés mentionnant ce secteur comme un centre d’intérêt majeur, en nette progression d’un an sur l’autre. Autre secteur en vue pour les acteurs du capital-risque et du capital-développement : la cybersécurité.

En termes géographiques, il faut surtout remarquer le retour de l’Italie, le pays qui est le plus optimiste. Par ailleurs, les gestionnaires sont toujours plus nombreux à se projeter au-delà de leur marché domestique. « Si 70 % d’entre eux, notent encore les spécialistes de l’Ipem, se préparent à investir en dehors de leur marché national, ils sont un tiers à étudier des opportunités en Amérique du Nord, 22 % en Asie et 21 % dans les pays émergents. »

L’enquête 2020 de l’Ipem révèle aussi l’acuité nouvelle avec laquelle l’industrie du private equity appréhende son impact et ses responsabilités, qui dépassent maintenant le seul cadre de l’investissement. 36 % des professionnels interrogés citent les créations d’emplois comme une contribution de leur classe d’actifs. En outre, seuls 9 % d’entre eux considèrent qu’ils peuvent avoir un impact sur le changement climatique. Cela n’empêche pas les sociétés de gestion de placer l’ESG comme leur deuxième priorité, après la gestion des talents.

« En dépit de la prudence palpable des professionnels à l’égard de l’économie européenne, fait observer Antoine Colson, directeur général de l’Ipem, ce baromètre souligne l’excellente humeur de l’industrie en ce début 2020. Si l’environnement actuel, caractérisé par des valorisations élevées, devrait perdurer, voire s’accentuer, les sociétés de gestion européennes montrent une grande confiance dans leur modèle et dans leur classe d’actifs. L’augmentation des opérations transfrontalières confirme aussi que le capital-investissement est devenu une industrie à l’échelle européenne. »

Michel Lemosof

*La 5édition de l’IPEM, salon professionnel international rassemblant la chaîne de valeur complète du capital-investissement, se tient à Cannes du 28 au 30 janvier 2020.