06122022

Retour

Capital investissement

Capital-risque : sortie du baromètre des levées de fonds


comportement

Fin de l’abondance pour les levées de fonds matures, forte appétence pour les levées d’amorçage et la cleantech, ce sont les principales conclusions du Baromètre In Extenso Innovation Croissance et Essec des levées de fonds au troisième trimestre.

Pour la tech, le troisième trimestre est marqué par un net ralentissement, en Europe comme en France, où le pic de la « bulle » a été atteint au premier trimestre. « Une nouvelle tendance semble s’amorcer, expliquent les responsables du Baromètre In Extenso Innovation Croissance et Essec Business School, avec une réallocation plus diversifiées des fonds vers des startups à des stades de croissance moins avancés et vers du financement à impact. »

S’ils reculent de 22 % au troisième trimestre 2022, à 17,2 Md€, par rapport au troisième trimestre de l’exercice écoulé, les montant levés en Europe progressent de 36 % en volume d’opérations dans la période, avec 1.712 deals, tandis que le ticket moyen chute de 38 %, à 12 M€. En trois trimestres, 61,8 Md€ ont été levés, soit un montant « relativement stable » (+ 3 %) par rapport à la période comparable, alors que le nombre d’opérations, lui, a augmenté de 12 %, à 4.489 deals. Résultat : le ticket moyen a baissé de 18 %.

Une collecte supérieure à celle de 2021

« Le troisième trimestre, précisent les responsables du Baromètre, confirme l’attractivité des fonds vers des secteurs comme la fintech et le software, qui offrent une forte visibilité sur les revenus. Pour autant, le dynamisme semble s’essouffler au profit d’un autre secteur, celui de la cleantech/energy, qui se positionne en 1re position et qui a vu son financement quasi quadrupler entre le 3e trimestre 2021 et le 3e trimestre 2022. » Northvolt (leader européen suédois de la batterie électrique) boucle la plus grosse levée du trimestre en Europe, avec 1,1 Md$, devant Octopus Energy (fournisseur britannique d’électricité « verte ») et Raw Charging (fournisseur britannique d’infrastructures de recharge de véhicules électriques), auxquels 550 M$ et 300 M€ ont été apportés. Le troisième trimestre est également le théâtre d’une redistribution des tickets alloués, notamment au profit d’entreprises en stade d’amorçage (+ 170 %), tandis que les « mega-rounds » sont moins plébiscités (– 50 %).

En termes géographiques, le Royaume-Uni (1,2 Md€, par exemple, pour The Access Group) devance la France (2,6 Md€ levés en trois mois pour 195 opérations, dont Content Square, InnovaFeed et Zeplug) et la Suède. « Les évolutions sur les neuf premiers mois de l’année 2022 par rapport à la même période en 2021 restent positives, font observer les experts d’In Extenso Innovation Croisance et de l’Essec : les montants levés par la French Tech ont progressé de 38 % et atteint 11,6 Md€ (dont 4 Md€ pour le software), le nombre d’opérations a augmenté de 11 % (665 deals) et le ticket moyen bondi de 23 % (à 18,2 M€), impacté par les quelques méga-levées effectuées au 1er semestre. Les montants récoltés par la French Tech aux trois quarts de l’année 2022 ont dépassé le cumul levé en 2021 (11 Md€), année qualifiée historique. »

Les entretiens réalisés auprès de responsables font ressortir deux état d’esprit : les investisseurs qui ont réalisé des sorties dans de bonnes conditions sont «assez optimistes » pour l’avenir et les investisseurs qui anticipent un ralentissement affichent une « certaine nervosité ».

ML