14042024

Retour

Actualité des sociétés

Les détachements de dividendes fléchissent


versements de dividendes

Selon Janus Henderson Investors, les versements de dividendes à travers le monde ont ralenti au troisième trimestre : – 0,9 % à 421,9 Md$.

Les statistiques trimestrielles de Janus Henderson Investors montrent que les dividendes mondiaux se sont contractés de 0,9 %, à 421,9 Md$, entre fin juin et fin septembre 2023. Cela dit, en variation sous-jacente (calculée après ajustements des effets de change, des dividendes extraordinaires, des changements de dates de paiement et de modifications effectuées dans l’indice), la croissance est de 0,3 %.

En excluant Petrobras (pétrole brésilien) et BHP Group (mines australiennes), la progression sous-jacente s’inscrit à 5,3 %, ce qui correspond à la tendance de long terme.

« La moitié des sociétés minières, commentent les responsables des Janus Henderson Investors, ont réduit leurs distributions. La chimie et l’immobilier asiatique ont également fait état de faiblesses. Les banques, les services aux collectivités et l’automobile, ainsi que la plupart des compagnies pétrolières, ont connu une forte croissance.

La Chine a enregistré des distributions record, les dividendes du secteur pétrolier (grâce, notamment, à PetroChina, premier payeur mondial) compensant l’affaiblissement des secteurs bancaire et immobilier. L’Asie-Pacifique hors Japon a enregistré d’importantes baisses (– 10,4 %). La croissance des dividendes américains a ralenti tout en restant robuste (+ 0,3 %). La hausse des dividendes européens s’est poursuivie (+ 34,2 % par rapport au troisième trimestre 2022). »

Une prévision annuelle en hausse

Les banques (+ 9,3 % sur une base sous-jacente), les services aux collectivités et l’automobile, ainsi que la plupart des compagnies pétrolières, ont affiché une forte croissance trimestrielle. Malgré des différences marquées entre les secteurs et les pays, neuf entreprises sur 10 ont augmenté ou maintenu leur distribution.

Pour l’ensemble de l’année qui s’achève, les prévisions de croissance sous-jacente de Janus Henderson Investors passent de 5 % à 5,3 %. La baisse des dividendes spéciaux non récurrents et les effets de change se traduit par une dégradation des prévisions globales, qui cèdent 10 Md$, à 1.630 Md$, soit une hausse de 4,4 % en glissement annuel.

« La faiblesse apparente des dividendes mondiaux au troisième trimestre n’est pas un motif d’inquiétude, commente Ben Lofthouse, head of global equity income chez Janus Henderson Investors. Le niveau de croissance et sa qualité semblent meilleurs cette année que ce que l’on prévoyait voici quelques mois, les distributions étant moins tributaires des éléments exceptionnels et de la volatilité des taux de change. »

Il convient une fois encore de noter qu’un portefeuille diversifié à l’échelle mondiale dispose de stabilisateurs « naturels » et que les dividendes sont au fil du temps traditionnellement moins volatils que les bénéfices. Janus Henderson Investors gère 308,3 Md$ (au 30 septembre 2023) et emploie plus de 2.000 collaborateurs. La société, qui est basée à Londres, est cotée à New York et à Sydney.

ML