28052024

Retour

Actualité des sociétés

Les dividendes atteignent un nouveau pic


Capture décran 439

Grâce au retour en force des banques en termes de résultats, les dividendes mondiaux ont atteint un nouveau sommet en 2023, à 1.660 Md$.

L’an dernier, les dividendes ont, sur une base sous-jacente, augmenté dans le monde de 5 %, pour atteindre le chiffre record de 1.660 Md$, soit une progression annuelle globale de 5,6 %, et ce bien que cinq grandes entreprises [BHP Group, Petrobras, Rio Tinto, Intel et AT&T] aient fortement réduit leur distribution.

C’est le principal enseignement de la dernière étude trimestrielle de Janus Henderson Investors (335 Md$ sous gestion) sur les dividendes mondiaux. La croissance sous-jacente est calculée après ajustements des effets de change, des dividendes extraordinaires, des modifications de dates de paiement et des corrections effectuées dans l’indice Janus Henderson Global Dividend).

La mine attaque la banque

22 pays ont enregistré des versements records, à commencer par les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Canada, le Mexique et l’Indonésie. « 86 % des sociétés dans le monde, est-il fait observé dans un communiqué de Janus Henderson Investors, ont augmenté ou maintenu leurs dividendes. Les banques, elles, ont versé des dividendes records, contribuant à la moitié de la croissance des dividendes dans le monde.

L’impact positif de l’augmentation des dividendes bancaires a, toutefois, été presque entièrement compensé par des réductions dans le secteur minier, où les bénéfices ont chuté, consécutivement à la baisse des prix des matières premières. »

Le quatrième trimestre 2023 a été « très encourageant », avec une croissance sous-jacente de 7,2 %, grâce à la vigueur de l’Europe, du Royaume-Uni et du Japon. L’Europe hors Royaume-Uni a été un « moteur de croissance clé » au cours de l’année écoulée : + 10,7 %, à 300,7 Md$.

La hausse des taux d’intérêt a permis à de nombreuses banques d’augmenter leurs marges. Bien que les banques chinoises n’aient pas participé à l’essor des dividendes bancaires, les banques des pays émergents ont largement contribué à cet accroissement. Le dernier rapport de Janus Henderson Investors sur les dividendes montre que la rémunération des actionnaires a progressé dans des secteurs aussi variés que les constructeurs d’automobiles, les services publics, les logiciels, l’alimentation ou encore l’ingénierie, démontrant l’importance d’avoir un portefeuille diversifié.

Les plus gros « payeurs » en 2023 ont été Microsoft, Apple, ExxonMobil, China Construction Bank et PetroChina.

« Les entreprises françaises, fait observer Charles-Henri Herrmann, directeur du développement France & Distribution Benelux chez Janus Henderson Investors, ont versé à leurs actionnaires un montant record de 63,2 Md€, faisant d’elles les premières contributrices en Europe. 97 % d’entre elles ont augmenté ou maintenu leurs dividendes, ce qui est nettement supérieur à la moyenne européenne et mondiale, dépassant même les Etats-Unis.

Contrairement aux autres pays européens, ce ne sont pas les banques qui ont le plus contribué à la croissance des versements de dividendes en France, mais bien plusieurs secteurs, tels que ceux des biens de consommation ou de l’industrie, ainsi que quelques sociétés, comme Engie, qui a versé son dividende le plus important depuis 10 ans. »

Puissance de feu

De son côté, Ben Lofthouse, responsable de l’équipe Global Equity Income chez Janus Henderson Investors, relève que le pessimisme concernant l’économie mondiale s’est avéré « infondé » en 2023.

« Bien que les perspectives soient incertaines, ajoute-t-il, les dividendes sont bien soutenus. Les flux de trésorerie dans la plupart des secteurs sont restés solides et fournissent une grande puissance de feu pour les dividendes et les rachats d’actions. »

Et de souligner une fois de plus que les dividendes sont, au fil du temps, beaucoup moins volatils que les bénéfices.

En dépit de la hausse « retardée » des taux d’intérêt, d’une croissance économique mondiale « plus lente » et de coûts de financement plus élevés pour les entreprises, Janus Henderson Investors s’attend à ce que 2024 affiche une croissance sous-jacente similaire à celle de 2023.

Cela dit, une baisse probable des dividendes exceptionnels réduirait le taux de croissance global. Le gestionnaire prévoit une distribution de plus de 1.720 Md$, en hausse de 3,9 % sur une base globale, ce qui équivaudrait à une croissance sous-jacente de 5 %.

ML