27052024

Retour

Actualité des sociétés

L’AFG en phase avec les annonces d’Emmanuel Macron en faveur des PME cotées


Emmanuel MacronComme en écho à l’initiative « PME 2030 » de l’association, le président de la République a annoncé un programme de soutien de la CDC, la simplification des IPO ou encore le fléchage d’une partie de l’épargne vers les entreprises cotées dans le cadre de la loi Industrie verte.

 

 

 

  

L’Association française de la gestion financière (AFG) vient à peine de lancer son initiative « PME 2030 » que celle-ci trouve déjà une caisse de résonance dans des annonces présidentielles.

Faciliter les IPO

Emmanuel Macron a le 19 mars annoncé une série de mesures destinées à faciliter le financement de marché des entreprises françaises. La Caisse des dépôts va dérouler un programme de 500 M€ sur ses fonds propres pour investir dans des fonds de PME-ETI cotées, afin de soutenir un écosystème moins prisé par les investisseurs que les largecaps. En parallèle, davantage d’entreprises devraient devenir éligibles au PEA-PME.

Une proposition de loi portée par le député Renaissance Alexandre Holroyd et soutenue par l’exécutif devrait faciliter les introductions en Bourse grâce aux actions à droits de vote multiples ainsi que les augmentations de capital. Le texte veut aussi autoriser la présence de fonds de private equity au capital d’entreprise jusqu’à 500 M€ de capitalisation, contre 150 M€ actuellement.
Au soutien de ce mouvement, le collège de l’AMF s’est prononcé en faveur de la suppression de la « tranche retail » - une part de 10 % réservée aux particuliers - pour faciliter les introductions en bourse (IPO) sur Euronext Paris.

Fléchage vers l’assurance vie

L’AFG a salué ces annonces en lien avec ses propres orientations. « PME 2030 » vise à encourager la cotation et les augmentations de capital des petites et moyennes valeurs, notamment grâce à un travail de lobbying. Elle a proposé dans un communiqué quelques pistes d’enrichissement sur le PEA-PME, dont le relèvement du seuil d’éligibilité des entreprises à 2 Md€ ou la défiscalisation successorale du produit d’épargne.

Une autre annonce d’Emmanuel Macron apparaît également comme une réponse directe au monde de la gestion d’actifs. Le Président a annoncé qu’une partie du fléchage de l’épargne vers le non coté prévu par la loi Industrie verte - dont les textes d’application comporteront une part d’investissement minimum dans certains profils en assurance vie et PER - sera consacrée aux ETI et PME cotées. Cela fait plusieurs mois qu’un collectif de sociétés de gestion, au rang desquelles Effeil Investment ou Mandarine Gestion, demandait que les titres PEA-PME cotés soient inclus dans ces quotas d’investissement.

Union des marchés de capitaux

Le chef de l’Etat a aussi remis une pièce dans le projet d’Union des marchés de capitaux (UMC), actuellement au point mort, en défendant la création d’un superviseur unique européen pour les infrastructures de marché ainsi qu’un produit d’épargne européen.

Ces propositions avaient été émises par Bruno Le Maire le 23 février lors d’une réunion de l’Eurogroupe, lors de ce qu’il avait lui-même baptisé l’« appel de Gand ». Le ministre de l’Economie avait voulu mettre la pression sur les Etats-membres, en proposant de créer l’UMC avec les pays volontaires, sans attendre les autres. « Je ne viens pas à Gand rencontrer mes amis ministres des finances pour taper la causette, je viens pour décider », s’irritait-il, indiquant être lassé des discussions et des communiqués vides.