28092022

Retour

Actualité des sociétés

Le gestionnaire Lupus alpha ouvre un bureau à Paris


paname

Afin d’internationaliser sa base de clientèle, Lupus alpha, l’une des principales boutiques d’investissement indépendantes en Allemagne vient d’ouvrir un bureau à Paris. Celui-ci sera animé par Marie Fournier, recrutée en juin dernier.

Fondée en 2000 par Ralf Lochmüller, chief executive officer, et quatre autres associé, la société de gestion d’actifs allemande Lupus alpha, basée à Francfort, emploie plus de 90 collaborateurs. Elle gère 14 Md€ pour le compte d’investisseurs institutionnels et wholesale. Elle se déploie autour de quatre expertises de niche : actions européennes de petites et moyennes capitalisations, obligations convertibles mondiales, gestion alternative liquide, crédits d’entreprise titrisés (dette CLO). A deux jours de l’arrivée de l’automne, elle ouvre un bureau parisien. C’est Marie Fournier, spécialiste de la distribution, qui le dirigera.

De nouvelles sources de performance

En France, Lupus alpha proposera aux investisseurs tels que family offices, banques privées et gestionnaires d’actifs des solutions « sophistiquées » qui leur permettront de mieux se diversifier en accédant à de nouvelles sources de performance. Dans un second temps, la société s’adressera également aux institutionnels, groupes bancaires et compagnies d’assurance. « En tant que gestionnaire actif, explique Ralf Lochmüller, nous nous adressons aux investisseurs qui recherchent des solutions spécialisées en dehors des classes d’actifs traditionnelles. Nous nous concentrons sur des stratégies à fort potentiel d’alpha, dans des segments où il existe encore des inefficiences et sur des investissements alternatifs permettant d’obtenir des primes de risque stables à long terme. »

Marie Fournier a une bonne connaissance du marché français. Elle a 10 ans d’expérience, principalement en tant que responsable des ventes pour la France et Monaco chez Alken AM, puis comme senior sales manager pour Berenberg AM dans l’Hexagone. « Je suis convaincue, commente l’intéressée, que ne nombreuses synergies clients peuvent se développer entre Paris et Francfort. » Dans les deux ans qui viennent, Lupus alpha prévoit d’embaucher deux ou trois autres personnes pour renforcer son bureau parisien. Son premier objectif de collecte à moyen terme porte sur 300 M€.

ML