15062024

Retour

Tendance

Mata Capital lance sa première SCPI pour toucher le grand public


investissement immobilier SCPIOsmo Energie, qui vise un TRI de 6%, veut tirer parti du cycle immobilier baissier. Classée article 9 SFDR, la SCPI diversifiée mise sur la sobriété et l’efficacité énergétique des locataires, sans s’engager sur le terrain de la rénovation énergétique.

 

 

 

  

Mata Capital soigne son point d’entrée dans le cycle immobilier. La société de gestion a annoncé le 2 avril le lancement de sa première SCPI Osmo Energie, qui veut tirer partie du momentum baissier avant la remontée du marché, tractée par les futures baisses de taux des banques centrales.

Triple approche

La SCPI propose une triple approche : opportuniste et agile grâce à ces cinquante collaborateurs implantés localement avec des spécialités différentes selon la typologie d’actif ; sélective et diversifiée en même temps ; et orientée sur la diminution des consommations énergétiques.

Classée article 9 SFDR, elle poursuit en effet une double approche de sobriété et d’efficacité énergétique tout au long du cycle de vie des investissements immobiliers. Pour cela, elle ne mise pas sur la rénovation énergétique des biens mais plutôt sur l’efficacité énergétique et le comportement des locataires, qu’elle sensibilisera notamment à la sobriété énergétique.

La SCPI sera investie pour moitié en France et pour moitié en zone euro, afin de tirer également partie du fait que les autres marchés immobiliers ne vivent pas leur correction au même moment que la France. « Les marchés nordiques ont fortement corrigé ces derniers mois, ce qui est moins le cas en Espagne ou en Italie », argue Foulques de Sainte Marie, managing director chez Mata Capital.

Orientation retail

La société de gestion a prévu des garde-fous pour éviter de reproduire certaines des erreurs qui ont plongé ses concurrents dans la crise en 2023. Si le gérant vise à dupliquer l’approche d’autres de ses fonds réservés aux institutionnels, Osmo Energie ne leur est pas adressé.

« Il s’agit d’un produit intermédié avec un réseau de distribution circonscrit, qui ne sera pas disponible en assurance vie ni distribué auprès des institutionnels. Leurs entrées seront très fortement encadrées avec un ticket maximum de souscription et une durée de détention contrainte, précise Foulques de Sainte Marie. La SCPI est un produit grand public et doit le rester. »

Un cloisonnement bienvenu alors que les sorties d’institutionnels ont largement contribué à la crise de liquidité des SCPI en 2023. Fin 2023, 2,1 Md€ de parts étaient toujours en attente de retrait selon les chiffres de l’Aspim.

En guise de deuxième rempart contre d’éventuels déboires, la SCPI aura un recours prudent à la dette avec une cible de 30 %, ainsi qu’une taille unitaire d’investissement inférieur à 25 M€ afin de conserver un ratio d’emprise faible.

Objectif de distribution de 6 %

Osmo Energie vise un objectif de distribution annuel de 6 %, avec une distribution mensuelle des dividendes qui pourront être réinvesties. Elle se veut accessible à partir de 300 euros - le montant d’une part - en pleine propriété ou en démembrement.

Parmi les frais principaux seront prélevés des frais de souscription de 12 % et de gestion de 10,8 %. Après réflexion, Mata Capital a choisi de ne pas opter pour le modèle de SCPI sans frais d’entrée.

« A 10 ans, le modèle sans frais d’entrée devient plus chargé pour l’investisseur final, sachant que la durée de détention moyenne est de 22 ans », affirme Quentin Saczewski, directeur des partenariats de Mata Capital IS.

La SCPI sera accessible au grand public le 1er juin, ou avant si la poche de collecte « sponsor », d’un montant de 19 M€, est atteinte. Quatre investissements sont en cours pour une enveloppe globale de 15 M€, dont une première acquisition déjà réalisée dans le sud de la France.