19082019

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Juin 2019 - n°304

DOSSIER : Victoires de la Pierre-Papier 2019, les meilleurs SCPI, OPCI et fonds immobiliers

Mai

Pour la 5e année, en partenariat avec l’Aspim, l’association des sociétés de gestion de l’immobilier, nous avons décerné nos 28 trophées. Des récompenses attribuées par un jury indépendant. En outre, notre partenaire Quantalys a sélectionné les meilleurs OPC. Et notre habituel sondage auprès des lecteurs permet de compléter ce palmarès.

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

190601_sommaire

GESTION D’ACTIFS : L’ascension des ETF est-elle irrésistible ?

Juin

Les ETF ont connu en 30 ans un développement exceptionnel. Ils pèsent aujourd’hui près de 5 000 M$ dans le monde. Aux Etats-Unis, plus de la moitié de l’encours des ETF est dans les mains de particuliers. En Europe, c'est nettement moins. Mais comment expliquer cet engouement ? Pourquoi détrônent-ils la gestion active ? Faut-il succomber aux sirènes des ETF ?

Commander le numéro

PORTRAIT : Jean-Luc Delsol, Vice-président de la CNCGP

Juin

Le nouveau vice-président de la CNCGP a fondé son cabinet, la Financière du Capitole, il y a exactement 25 ans. Parti de zéro, le cabinet affiche aujourd’hui un encours conseillé de près de 700 M€, avec 52 collaborateurs et un réseau d’agences, outre Toulouse, à Paris, Bordeaux, Dijon, Grenoble et Valence.

Commander le numéro

L'HUMEUR DE GEF

Bonjour tristesse

« Je ne vous cache pas que c’est avec une certaine tristesse que je m’exprime pour la dernière fois au sujet de ce projet de loi sur la croissance et la transformation des entreprises ». C’est par ces mots que Bruno Le Maire a commencé son speech à l’Assemblée nationale avant le votre définitif, « après près de deux ans pour construire ce texte » et plus de 8 500 amendements déposés. Que c’est triste surtout de voir voter seulement 205 députés sur 577 !

Boucles d'or

« C’est l’histoire de Boucles d’Or et les trois ours : un fauteuil ni trop dur ni trop moelleux, un bol de gruau ni trop chaud ni trop froid, une Réserve fédérale ni trop colombe ni trop faucon, une croissance modérée mais sans risque de récession. Boucles d’or est ravie, les marchés jubilent ». C’est ainsi que Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, a présenté ses vues macroéconomiques !

130 briques!

On peut être un génie des affaires et un parfait toquard ! Masayoshi Son, le milliardaire fondateur du géant japonais SoftBank, a investi des millions de dollars sur le Bitcoin fin 2017, à son plus haut cours, et selon le Wall Street Journal, il aurait perdu 130 M$ en essayant de revendre lors de la débâcle de la « crypto-monnaie » ! »

Quel passing !

La joueuse de tennis Serena Williams a révélé avoir fondé son fonds de venture capital. Serena Ventures dont la fortune personnelle est estimée à 180 M$ a participé ces dernières années à 22 levées de fonds. L’encours global de 300 M$ investis par son fonds et d’autres dépasseraient aujourd’hui 12 Md€ !

Bidonnant !

L’obésité dans le monde n’en finit pas d’augmenter, touchant près d’un Américain sur deux et un Anglais sur trois, selon le National Health Survey. Janus Henderson a eu l’idée de lancer « The Obesity ETF (SLIM) », un ETF pour surfer sur la vague montante (« positioned to profit from servicing the obese »). Les investisseurs ne semblent pas convaincus, l’encours s’élevant à 13,4 M$ après deux ans.

Imprudence

Un procès en cours en Floride emballe la presse. Gloria Mackenzie, 90 ans, a assigné son fils et son conseiller financier pour avoir mal géré les 278 M$ gagné au jackpot du Powerball en 2013. « L’argent gagnait entre 0,02 % et 0,08 % net par an », a déclaré Greg Anderson, avocat de Mackenzie, « alors que le conseiller facturait 2 M$ en frais ». La vieille dame qui avait demandé une gestion « prudente » réclame 10 M$ de dédommagement. Problème, qu’est-ce que la prudence ?

Le créateur

« Nous avons créé plus d’un demi million d’emplois depuis deux ans », déclare Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, aux Echos (3/04). Quelqu’un peut-il lui expliquer que ce sont les entreprises en fonction de leurs carnets de commande des clients qui créent des emplois ?