24092020

Retour Vous êtes ici : Accueil Capital invest. Capital-risque : Epopée Gestion veut réinvestir les territoires

Capital investissement

Capital-risque : Epopée Gestion veut réinvestir les territoires

entrepriseweb

entrepriseweb

Ronan Le Moal et Charles Cabillic ont lancé Epopée Gestion. L'objectif de cette nouvelle société de capital-investissement : faire rayonner les PME locales au plan national et, même, international.

En présentant ce 10 septembre 2020 lors d'un webinaire, la société de capital-investissement Epopée Gestion, Ronan Le Moal, ex-directeur général d’Arkéa, et Charles Cabillic, serial entrepreneur (Allovoisins, AirAffaires…), président de Web West Valley, se sont donné pour mission de développer l’activité des entreprises en région, d’abord dans le Grand-Ouest, et de répondre à des enjeux environnementaux, comme la déconcentration des grandes métropoles.

Pour eux, « le pouvoir est local ». Ils auront réussi s’ils font émerger de nouvelles histoires à succès, à l’image de Shopopop (champion européen de la livraison collaborative) ou d’Ecotree (leader français de la compensation carbone).

Allier performance, planète et personnes

Les deux professionnels – bien connus en Bretagne – proposent de financer des PME et de les accompagner grâce à l’expérience qu’ils ont accumulée. « Dans les écosystèmes locaux, font-ils remarquer, les coûts (main d’œuvre, immobilier…) sont plus faibles, le turnover est mieux maîtrisé et les valorisations des sociétés sont plus raisonnables ». Les bailleurs de fonds sont des banquiers, des assureurs et autres investisseurs qui interviennent dans le cadre de véhicules de capital-risque. Les critères de sélection des entreprises sont le besoin identifié par la commune et ses habitants, la viabilité du projet, la qualité du porteur de celui-ci, le nombre d’emplois créés ainsi que l’impact en matière de développement économique et social.

Epopée lancera quatre initiatives : développement de start-up (associé au fonds Epopée West Web Valley 2 dans le cadre de la FrenchTech Accélération, de 50 M€ à 60 M€), croissance des PME/ETI et transition digitale et écologique (associées à un fonds de 120 M€ à 140 M€), infrastructures d’immobilier d’entreprises 4.0 (associé à un fonds de 100 M€), réinvention des mobilités et du travail à distance au service de l’accessibilité des territoires (fonds doté de 50 M€ à 100 M€).

« Ce qui nous attend post-crise, souligne Ronan Le Moal, n’est pas une simple relance, mais bien une refondation structurelle de nos modèles économiques et sociaux, qui puisse allier performance, planète et personnes. Nous sommes par ailleurs convaincus que réinvestir les territoires est la seule solution pour créer de l’emploi durablement ».

Les besoins et les potentiels sont grands : d’après France Digitale, 440 000 emplois seront créés d’ici à trois ans par les start-up, et, selon l’Observatoire HEC du private equity, il manquerait aujourd'hui en France environ 4 000 ETI