26092022

Retour

Actualité des sociétés

OPCVM : évolution de l’encours et des performances

bourse68

Six vient de publier ses statistiques mensuelles sur les OPCVM français commercialisés dans l’Hexagone. En avril, le montant des souscriptions s’est globalement limité à 170 M€, alors que les performances de toutes les catégories ont été négatives.

Selon les statistiques établies par Six, l’encours des OPCVM tricolores distribués en France a progressé de 2,8 % au cours du mois d’avril, pour atteindre 767,3 M€. Le montant des souscriptions net s’est élevé à 170 M€. En quatre mois, l’encours global a diminué de 10,5 %.

Si la catégorie trésorerie a drainé près de 757 M€ d’argent frais en un mois, celle des actions a bien tenu sa partie, avec un excédent mensuel des entrées sur les sorties de 504 M€. La famille actions Europe a enregistré un flux de souscriptions de 345 M€, devant celle des familles actions thèmes et secteurs, qui a affiché des achats à hauteur de 320 M€. Une fois n’est pas coutume, la famille actions Etats-Unis a subi des ventes, à concurrence de 281 M€. Inversement, les catégories performance absolue et obligations ont respectivement décollecté plus de 938 M€ et 504 M€ durant le mois écoulé. Si la famille haut rendement a collecté près de 412 M€, la famille obligations euro a subi des demandes de rachat pour environ 982 M€.

Du côté des performances, c’est le rouge qui a dominé sans partage. L’indice mensuel EuroPerformance a, en avril, chuté de 15,54 % pour les actions, de 8,66 % pour la catégorie diversification et de 3,35 % pour la catégorie obligations. Sur trois ans, les performances de toutes les catégories sont également négatives. Quelqu’un qui aurait conservé ses avoirs en fonds monétaires aurait même perdu 0,84 %. Seule la famille actions Etats-Unis a franchement gardé la tête hors de l’eau (+ 20,32 % sur trente-six mois), alors que la famille actions Europe, par exemple, a dans le même temps perdu 11,96 %, la famille diversification Europe ayant, elle parallèlement cédé 6,79 %.

ML