01022023

Retour

Immobilier

Où placer l’argent d’un divorce ?

CENTRALESCPI NOV 3

Un divorce n’est jamais évident, il en ressort souvent toute une modification de la répartition du patrimoine des ex-époux, comme par exemple la vente de la résidence principale, le dénouement de certains contrats d’assurance vie ou de comptes communs… Il est parfois même synonyme d’un enrichissement personnel pour l’un des époux lorsque celui-ci reçoit une prestation compensatoire. Quoiqu’il arrive les charges auparavant supportées à deux deviennent individuelles, un complément de revenu n’est alors jamais de refus.

(Publi-communiqué)

Comment investir l’argent de son divorce ?

La gestion du patrimoine est souvent laissée pour compte après un divorce, beaucoup de choses sont à repenser, à réorganiser, il en est de même pour son épargne dont il est important de se préoccuper. Le divorce représente finalement un moment privilégié pour repenser ses placements.

Les personnes récemment divorcées possèdent généralement beaucoup de liquidités sur leur compte courant, des sommes qui en période d’inflation se dévaluent et entrainent une perte de pourvoir d’achat.

Nous estimons qu’un patrimoine équilibré est réparti entre quelques liquidités qui permettent de faire face aux dépenses de la vie quotidienne et aléas de la vie, tel qu’un changement de voiture ou des travaux de réparation, une partie plus importante en immobilier, valeur refuge qui permet de contrer l’inflation et une poche de placements divers à plus fortes rémunérations que peuvent être les actions et unités de compte, néanmoins ces placements fortement volatiles ne sont pas à privilégier dans la période que nous connaissons car nous manquons franchement de visibilité sur les marchés boursiers.

L’accès à la propriété n’est pas assuré pour tous les divorcés, qui connaissent généralement une période de location, éphémère ou permanente. Alors que les charges supportées augmentent, certains dilapident leur épargne suite à un divorce pour maintenir leur niveau de vie. Un phénomène qui peut être évité grâce à certains placements qui génèrent des revenus, c’est notamment le cas des SCPI, un placement d’épargne peu volatile permet de renforcer la part de l’immobilier dans un patrimoine et n’engendre aucune gestion pour l’épargnant qui perçoit des revenus complémentaires réguliers.

Pourquoi les SCPI constituent le placement d’épargne à privilégier pour investir l’argent d’un divorce ?

Les SCPI permettent aux épargnants de devenir propriétaires de biens immobiliers situés en France ou à l’étranger, majoritairement en zone euro. Contrairement à l’immobilier locatif en direct qui engendre beaucoup de contraintes pour le propriétaire, la gestion des SCPI est effectuée par des sociétés de gestion professionnelles de l’immobilier. Une aubaine pour les jeunes divorcés qui ont besoin de tout sauf des tracas liés à la gestion d’un bien locatif : travaux, vacances locatives, non-paiement des loyers, recherche de nouveaux locataires, taxes et charges…

Les SCPI de rendement sont accessibles à partir de quelques milliers d’euros au comptant, les épargnants perçoivent à la suite de leur investissement un revenus tous les mois, qui peut couvrir certaines dépenses, comme les factures d’électricité, les études des enfants, le loyer ou la mensualité de crédit liés à la résidence principale. Un petit coup de pouce qui donne la possibilité aux personnes divorcées de maintenir leur niveau de vie, tout en diversifiant leur patrimoine.

Les SCPI investissent dans plusieurs typologies d’actifs, immeubles de bureaux, d’Ehpad, ou encore murs commerciaux, certaines SCPI sont dites « diversifiées », d’autres thématiques, c’est à dire spécialisées dans un domaine d’activité comme le secteur de santé ou encore celui de la logistique. Les revenus de SCPI peuvent bénéficier d’une fiscalité avantageuse qui permet de maximiser la rentabilité du placement. Il est conseiller de conserver ses parts de SCPI une dizaine d’année, à terme la personne divorcée pourra revendre ses parts et réalisera une potentielle plue-value, laquelle lui permettra par exemple de racheter une résidence principale ou une résidence secondaire à la mer pour sa retraite.

Certains divorces donnent également lieu à une prestation compensatoire perçue par l’un des époux, une somme d’argent qu’il est fortement déconseillé de laisser sur son compte courant mais qu’il est judicieux d'investir en SCPI, voici l’exemple d’un époux qui a choisi d’investir une prestation compensatoire de 100 000 € investie en SCPI, considérant un rendement annuel de 6% :

100 000 x 6% = 6 000€, la personne divorcée perçoit ainsi un revenu complémentaire de 500€ tous les mois.

Les combinaisons de SCPI sont multiples pour construire un portefeuille multi-SCPI diversifié, pour faciliter sa constitution, des plateformes en ligne mettent à disposition des épargnants un conseil gratuit et personnalisé, c’est le cas de La Centrale des SCPI, en effet, le cabinet établit à Paris depuis une dizaine d’année propose à ces futurs clients un parcours 100% digitalisé mais également un pôle dirigé par Charles Collot lui même divorcé, constitué de consultants experts du divorce à-mêmes de conseiller les personnes dans la ré-allocation de leur liquidités suite à un divorce.

Nous nous sommes rapprochés de deux clients de La Centrale des SCPI et avons recueillis leurs témoignages :

Témoignage de Clothilde, divorcée et mère de 2 enfants : « Après mon divorce, j’ai contacté La Centrale des SCPI, mon consultant m’a aidée dans la sélection de plusieurs SCPI, l’investissement de la prestation compensatoire que j’ai réalisé me permet de toucher un complément de revenu qui paye intégralement le loyer de l’appartement que je loue, sans ça, je n’aurais jamais pu participer au financement des études de mes enfants avec mon salaire, j’en suis très contente ».

Témoignage de Jean-Pierre est jeune retraité et divorcé depuis 5 ans : « Après mon divorce et la vente de notre résidence principale, je suis allé m’installer à la campagne, j’ai pu investir avec La Centrale des SCPI l’argent de mon divorce, aujourd’hui même avec ma faible retraite, mon niveau de vie n’a pas baissé et je voyage régulièrement ».

Alors qu’il touche 1 couple marié sur 2 en France, le divorce n’est que rarement anticipé dans la réalisation d’investissements durant le mariage, et ses conséquences peuvent être désastreuses, il chamboule le quotidien, impacte le niveau de vie, redéfinit le patrimoine. Investir l’argent d’un divorce en SCPI semble alors pertinent pour compenser la perte de pouvoir d’achat inhérente à un divorce.

 

Avertissement

L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers. Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial. Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.