06122022

Retour

Nouveaux produits

Lancement du PERP Generali Patrimoine

Generali Patrimoine lance le PERP Generali Patrimoine dédié à ses partenaires bancaires et conseillers en gestion de patrimoine indépendants.

Contrat multi-gestionnaire, ce PERP propose près de 300 supports en unités de compte sélectionnés et gérés par des sociétés de gestion françaises et internationales. Un fonds en euros est également disponible. A la souscription et tout au long de la vie du contrat, l’adhérent a le choix entre 4 modes de gestion exclusifs les uns des autres :

  • La gestion libre : l’adhérent gère en toute liberté ses versements et arbitrages entre les différents supports du contrat. 4 options d’arbitrages automatiques sont également accessibles via ce mode de gestion.

  • La gestion pilotée : l’adhérent dispose d’une gestion « clé en main » en fonction de ses objectifs via 3 profils gérés par les sociétés de gestion DNCA Finance, Portzamparc et Edmond de Rothschild Asset Management.
  • La gestion sécurisation progressive : l’adhérent a le choix entre deux profils prédéfinis selon ses objectifs et sa sensibilité au risque. Generali effectue les arbitrages entre les différents supports en fonction du profil choisi et l’épargne est automatiquement sécurisée par paliers sur le fonds en euros à l’approche de la retraite.
  • La gestion horizon retraite : l’adhérent accède à la fois au profil de gestion pilotée diversifié dynamique de DNCA Finance et à la sécurisation progressive de son épargne sur le fonds en euros à l’approche de la retraite.

Lors de la liquidation de sa retraite, l’adhérent a le choix entre 3 modes de sortie en rente réversibles : rente viagère, rente viagère avec annuités garanties, rente viagère par paliers progressive ou dégressive.

Une sortie en capital, à hauteur de 20 % de la valeur de rachat du contrat, est également possible. Le reste étant versé sous forme de rente. Les primo-accédants peuvent percevoir leur épargne sous forme de capital pour financer leur achat immobilier, sous réserve notamment de ne pas avoir été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux années précédant leur départ à la retraite.