16042024

Retour

Banque

Société Générale Private Banking fait le forcing sur le digital

ordi700

La banque privée de Société Générale vient de mettre au point deux nouvelles solutions digitales permettant à sa clientèle fortunée d’avoir un diagnostic juridique et fiscal pour l’ensemble de son patrimoine. Une autre solution permet d’arbitrer des fonds logés dans des contrats d’assurance vie maison.

Société Générale Private Banking démultiplie ses efforts pour chouchouter ses clients et leur proposer de nouveaux services, notamment payants. L’idée des dirigeants de la banque privée de Société Générale est surtout de renforcer la digitalisation de sa chaîne de valeurs. L’intérêt est double : cela permet, d’un côté de satisfaire une demande de plus en plus nourrie de la part de cette clientèle fortunée, soucieuse de bénéficier d’outils numériques fiables et disponibles où qu’elle soit ; cette numérisation permet, d’un autre côté, de faciliter le travail des conseillers et gérants de la banque privée qui n’ont plus besoin d’appeler chaque client mais peuvent envoyer des messages à plusieurs milliers de clients en même temps par sms.

Cette digitalisation, la banque privée la prépare depuis 2018. Elle se traduit aujourd’hui par l’arrivée de deux nouvelles offres bien particulières. Avec la start-up Kwiper, Société Générale Private Banking propose ainsi un diagnostic patrimonial juridique et fiscal permettant d’engager des échanges approfondis avec les clients sur l’organisation globale de leur patrimoine et de sa transmission. Et ce, après avoir renseigné via la plateforme « Mon Patrimoine », tous les éléments susceptibles d’être analysés par l’algorithme mis en place par la banque.

Par ailleurs, les équipes de Mathieu Vedrenne, le directeur de Société Générale Private Banking France, viennent de mettre au point une autre solution digitale proposant un conseil en arbitrage pour quatre contrats d’assurance vie souscrits chez Sogecap. Il est ainsi possible pour les clients de la banque privée disposant de la plateforme « Mon Coach Financier » et « Synoé » d’arbitrer des fonds logés dans des unités de comptes. L’offre d’arbitrage organisée avec des sociétés de gestion partenaires de la banque est plus riche au sein de « Synoé » que « Mon Coach Financier ». Cette dernière est, certes gratuite alors que la première est payante. Le plus de cette offre : les conseils personnalisés sont prodigués par SMS. Ce qui permet aux clients de réagir rapidement en cas de soubresauts des marchés. Et ce, en adéquation avec le profil de risque de chacun.

Cette offre ne devrait d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin : il est prévu d’élargir cette opportunité d’arbitrage à d’autres contrats d’assurance vie, y compris d’autres assureurs et de permettre d’opérer sur d’autres classes d’actifs que les OPCVM (titres vifs, pierre papier, etc…)