20102019

Retour Vous êtes ici : Accueil Fiscalité/Droit Rubriques Actualités Magazine Fiscalité/Droit Escroqueries financières : les autorités tirent le signal d’alerte

Loi de finances

Escroqueries financières : les autorités tirent le signal d’alerte

Le montant des escroqueries financières en France atteindrait au moins 1 Md€ depuis deux ans. Un chiffre qui serait sous-évalué, beaucoup de victimes ne déposant pas plainte.

En raison de la forte recrudescence des escroqueries au détriment des épargnants - et trois ans après une première alerte en mars 2016 avec le procureur François Molins -, une seconde conférence s'est tenue ce mardi 17 septembre 2019 au tribunal de grande instance de Paris, sous l’égide du nouveau procureur de Paris Rémy Heitz, avec l’AMF et l’ACPR. 

Sur la base des plaintes centralisées par la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), le parquet de Paris estime à « au moins 1 Md€ » le montant des préjudices en deux ans. Une tendance que le procureur juge « préoccupante : Nous sommes face à une délinquance extrêmement agile, extrêmement évolutive », a-t-il observé. 

De l'argent définitivement perdu

De son côté, Robert Ophèle, le président de l’AMF a dénoncé « un fléau » avec « de purs escrocs parfaitement organisés ». Cela d’autant qu'on « peut considérer que, pour les épargnants naïfs qui se laissent abuser, l’argent détourné est dans la plupart des cas comme définitivement perdu ».

Bitcoins et bovins

Le contexte est propice du fait des rendements classiques très faibles. « La tentation d’aller vers de nouveaux produits présentés comme nouveaux et attractifs est alors très forte, comme avec les diamants, les terres rares, les bitcoins, les grands crus, les bovins... Autant de propositions abusives faites par des sites internet très bien documentés », a expliqué Laurent Combourieu, directeur des enquêtes à l’AMF. L’arnaque montante concerne les « certificats d’accessibilité » pour les entreprises et professionnels et les fausses SCPI. Selon nos informations, « l’offre » de cannabis thérapeutique serait également en forte hausse. 

« Les escrocs se développent notamment du fait de l’habitude des Français de moins se rendre à leur banque, ils jouent sur cet isolement, a conclu le procureur Rémy Heitz. Il est absolument nécessaire que les victimes aient le réflexe de déposer plainte le plus rapidement possible, afin de détecter les fraudes ». 
--

=> Plus de détails dans un prochain numéro du mensuel Gestion de Fortune