20102019

Retour Vous êtes ici : Accueil Gestion d’actifs Rubriques Elections présidentielles : les réactions à chaud des acteurs de la gestion d'actifs

Elections présidentielles : les réactions à chaud des acteurs de la gestion d'actifs


Tour d’horizon des premières réactions à chaud des acteurs de la gestion d'actifs à l'issue du prermier tour des élections présidentielles.

Comme en juin dernier au moment de l'annonce du Brexit, les principaux acteurs du monde de la gestion d'actifs n'ont pas tardé à nous faire part de leur point de vue sur les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises.

Il faut dire que sur les marchés financiers, la réaction des investisseurs ne s’est pas fait attendre, ces derniers faisant preuve d’un certain soulagement avec Emmanuel Macron, donné grand favori du second tour selon les pronostics de l’américain BlackRock.

Les marchés financiers ont bien accueilli la nouvelle.....

Pour l’heure, au lendemain des résultats, on observe un bond de l'euro contre les principales devises, une hausse des Bourses européennes et notamment du CAC 40 à Paris mais aussi une détente sur les taux longs, en particulier sur les OAT françaises.

Reste à savoir si cette tendance est amenée à se poursuivre dans les prochaines semaines, en particulier si Emmanuel Macron est élu au poste président de la République dans deux semaines.

D’après CM-CIC Asset Management, à court terme, ce scénario « est de nature à réduire la prime de risque sur les taux français, à porter l’euro, ainsi que les marchés actions européens, aux dépend des actifs refuges comme les taux souverains ou encore l’or ».  

....mais restent suspendus à l'inconnue des législatives

Reste que les « marchés financiers devraient se focaliser sur le sujet de la gouvernabilité de la France à l’issue des élections législatives du mois de juin » ajoute les experts du CM-CIC Asset Management.

Du coup, une nouvelle période d’incertitude devrait s’ouvrir quant à la capacité d’Emmanuel Macron de dégager une majorité au Parlement.

D’ailleurs, pour DNCA « les élections législatives du 11 et 18 juin prochain constitueront un temps fort car pour gouverner en France il faut une majorité parlementaire ».

Un point de vue que partage Stefan Kreuzkamp, responsable des investissement chez Deutsche Asset Management : « notre optimisme sur la France sera dépendant des résultats des élections législatives et de comment ces résultats viendront ou non soutenir le mandat de Macron. Pour le moment, il ne peut s’appuyer ni sur son propre parti ni sur sa grande expérience politique. En d’autres mots, sa présidence fait entrer la France en territoire inconnu ».

A en croire les sociétés de gestion, les prochains mois s’annoncent peut-être agités sur les marchés financiers, d'autant plus que l’attention des investisseurs se tourne également vers l’Italie «où des élections doivent être organisées au plus tard d’ici au mois de mai 2018» rappelle Robeco.