04122021

Retour

Actualité des sociétés

Une combinaison de gestion optimale

achille moutard

Interview de Achille Moutard - Gérant du fonds LFIS Vision UCITS Perspective Strategy.

 

Quelles sont les spécificités de LFIS Capital ?
Fondée en 2013 par Sofiène Haj-Taieb et Arnaud Sarfati, LFIS Capital propose des solutions de gestion quantitatives à une clientèle d’investisseurs institutionnels et patrimoniaux. Société de gestion entrepreneuriale unique en son genre, elle compte aujourd’hui 48 collaborateurs et près de 8 milliards d’euros d’encours sous gestion. Filiale du groupe La Française jusqu’en novembre 2020, elle a aujourd’hui pour actionnaire minoritaire significatif le groupe canadien Walter Global Asset Management, une plateforme de placements privés spécialisée dans le domaine de la gestion d’actifs et qui ouvre les marchés nord-américains à LFIS.

En quoi LFIS Capital est-elle unique en son genre ?
Les processus de gestion qu’elle déploie relèvent d’approches scientifiques et quantitatives afin de répondre aux nouveaux enjeux auxquels sont confrontés les investisseurs et le monde de la gestion d’actifs en général. Il s’agit en outre d’une société détenue majoritairement par ses fondateurs et ses employés, ce qui implique un alignement d’intérêts entre les équipes et les clients investisseurs.

Quels sont les enjeux auxquels vous faites référence ?
On peut mentionner le niveau durablement bas des taux d’intérêts, les craintes de résurgence de l’inflation, les contraintes de gestion liées à la démocratisation des critères ESG ou encore la montée en puissance de la gestion passive. LFIS Capital est par ailleurs impliquée dans l’écosystème de la recherche française en collaborant notamment avec des fintechs dans le domaine de l’intelligence artificielle et à travers la Quantitative Management Initiative (QMI) en partenariat avec la Fondation du risque, l’Université Dauphine et l’ENSAE-Paris.

Et quelles sont les solutions que vous proposez ?
L’idée centrale est de combiner les données et la technologie qui sont désormais disponibles aux théories issues des travaux académiques réalisés dans le champ de la finance moderne et dans celui de la finance comportementale. Ce faisant, notre objectif est d’affiner notre analyse des marchés pour identifier les principales opportunités qui y sont offertes et mettre en oeuvre des processus d’investissement rigoureux assortis d’une bonne maitrise des risques. Notre gamme de stratégies s’étend ainsi des fonds de performance absolue, à la gestion diversifiée et à la gestion ESG.

Qu’est-ce que la stratégie Perspective qui est mise en oeuvre dans votre fonds ?
Lancée en 2013 à destination des institutionnels, elle propose une approche innovante en matière d’optimisation du couple rendement/risque. Nous aimons la décrire comme la clef de voûte de deux styles de gestion. D’un côté, le monde des produits structurés qui permet de tirer parti d’un grand nombre de scénarios de marchés en particulier des marchés sans tendance ou erratiques. De l’autre, la gestion discrétionnaire vise à améliorer la diversification de la stratégie afin de lisser les risques du fonds pour mieux affronter notamment les évènements de marchés extrêmes. Elle permet également de saisir des opportunités de marchés lorsqu’elles se présentent.

Quelles sont les conséquences de cette combinaison ?
La stratégie Perspective propose une liquidité quotidienne dans le cadre d’un fonds UCITS ouvert. Les objectifs de performance sont clairs et affichés, avec une précaution particulière à lisser le risque. Bien qu’elle contienne une part de gestion active et donc qu’elle soit soumise à la réactivité d’un gérant, la stratégie déployée permet de s’exposer au marché de façon à atténuer pour l’investisseur l’impact du timing d’entrée et de sortie.

Quels sont les objectifs de performance que vous visez ?
Via une gestion diversifiée et discrétionnaire, nous visons une performance annualisée nette de frais de 4 % au-delà d’EONIA sur un horizon de moyen / long terme et notre volatilité historique a été de l’ordre de 7 %. Nous offrons ainsi une réponse pertinente aux attentes de nos partenaires CGP en matière de gestion patrimoniale notamment, comme évoqué, dans le contexte actuel de taux bas et de mouvements erratiques des marchés.

Comment s’articule votre allocation d’actif ?
Le coeur de l’allocation, soit 70 à 100 % du budget de risque, est composé principalement d’une poche actions, répondant à une exposition nette variant de 0 à 65 %, et d’une poche crédit composée à ce jour d’un portefeuille diversifié investi sur des indices de titres investment grade. Naturellement, cette dernière est aujourd’hui réduite compte tenu du faible potentiel de croissance anticipé que présente la classe d’actifs (bien qu’ayant un portage attractif rapporté à son risque actuel). En diversification, sur 0 à 30 % du budget de risque, nous déployons des stratégies tactiques combinées à une exposition aux taux. Cette poche a historiquement permis de réduire la volatilité globale de la stratégie et les baisses maximum. Ainsi, au coeur de la crise en 2020, nous avons par exemple pu tirer parti de la baisse anticipée des dividendes tout en gérant la baisse puis la hausse de la volatilité implicite long terme.

Quels sont les véhicules d’investissement que vous utilisez pour obtenir une meilleure maîtris des risques ?
Lorsqu’on considère une classe d’actif, nous avons la possibilité de mettre en oeuvre une exposition au travers de l’ensemble des instruments disponibles. Nous visons à générer de la performance dans un nombre élargi de scénarios de marché et pas uniquement lors des phases de hausse. La vente de put ou options de vente (de maturité longue et de seuil d’exercice éloigné) sur les marchés d’actions permet ainsi d’encaisser une prime en contrepartie d’une exposition à la baisse des marchés au-delà d’un certain niveau. Notre processus de gestion est parvenu historiquement à réduire à la fois la volatilité et les drawdowns des expositions actions traditionnelles. La vente de protection sur le défaut de paniers diversifiés d’obligations investment grade mise en place à ce jour répond aux mêmes objectifs.

Et quels sont les outils vous permettant de monitorer le risque en amont ?
Nous surveillons l’évolution des sensibilités aux marchés des différentes classes d’actifs, qu’il s’agisse des actions, du crédit, des taux ainsi que celle des paramètres de « second ordre » qui les influencent (comme les dividendes et la volatilité). Nous calculons au quotidien la value at risk et procédons à des stress tests basés sur les évènements réels de marché, mais aussi sur des scénarii ad hoc. L’important n’est pas tant d’anticiper les futurs mouvements de marché mais d’être bien préparés à les affronter quels qu’ils soient.

Et quels sont les résultats délivrés par la stratégie Perspective depuis son lancement il y a huit ans ?
Bien que les performances passées ne préjugent pas des performances futures, depuis son lancement en 2013, la stratégie a délivré une performance nette annualisée de 5,6 % pour une volatilité annualisée de 6,7 % au 30 juin 2021. Son ratio de Sharpe est significativement supérieur à ceux des stratégies diversifiées flexibles, prudentes ou modérées telles qu’elles sont définies par Morningstar.

Thierry Bisaga